Accéder au contenu principal

La 91e édition des Oscars s'annonce surprenante

Mark Ralston, AFP

De "BlacKkKlansman" à "Black Panther", en passant par "Roma", "La Favorite" ou "Green Book", la 91e cérémonie des Oscars se déroulera ce dimanche soir sans véritables favoris pour le meilleur film, ni pour les autres catégories.

Publicité

C’est au légendaire groupe Queen qu’est revenu l’honneur, dimanche 24 février, d’ouvrir la 91e cérémonie des Oscars. Deux membres du groupe accompagnés du chanteur Adam Lambert ont interprété deux versions très électriques de "We will rock you" et "We are the champions" devant un parterre de stars applaudissant debout. Une entrée énergique en hommage au défunt chanteur de Queen, Freddie Mercury, dont le biopic "Bohemian Rhapsody" est candidat, entre autres, à l’Oscar du meilleur film, le prix le plus prestigieux.

Qui les 7 900 membres appelés à voter choisiront-ils pour la récompense phare ? "Roma", lettre d'amour au Mexico des années 1970 écrite, en noir sur blanc et dans sa langue maternelle, par Alfonso Cuaron ? "Green Book", histoire d'amitié entre un pianiste classique noir et le gros bras italo-américain qui lui sert de chauffeur dans le vieux Sud ségrégationniste ? "La Favorite", comédie historique loufoque et fantasmée sur la reine Anne de Grande-Bretagne et d'Irlande ?

>> À lire : Le tabou des règles en Inde s'invite aux Oscars

Forts de dix nominations chacun, "Roma" et "La Favorite" peuvent certes apparaître comme les favoris. Mais "Green Book" et son duo remarqué d'acteurs, Mahershala Ali et Viggo Mortensen, le film de super-héros "Black Panther", numéro un au box-office mondial l'an dernier, ou encore "BlacKkKlansman" du vétéran Spike Lee, sont aussi des concurrents très crédibles pour succéder à "La Forme de l'eau" du Mexicain Guillermo del Toro, couronné en 2018. Également en lice, "Bohemian Rhapsody", "Vice", le biopic sur l'ancien vice-président américain Dick Cheney, et "A Star is Born", avec le couple Lady Gaga-Bradley Cooper, peuvent toujours créer la surprise.

Mais avant de connaître l’heureux élu, l'Académie des arts et sciences du cinéma doit d’abord remettre 23 statuettes dorées au cours de la cérémonie. La première récompense qui a fait sensation est celle décernée à l'actrice noire américaine Regina King pour son "meilleur second rôle féminin" dans "Si Beale Street pouvait parler". Dans ce film, elle incarne une mère défendant le petit ami de sa fille, accusé d'un viol qu'il n'a pas commis. L'œuvre de Barry Jenkins ("Moonlight") est l'adaptation d'un roman de James Baldwin, "l'un des plus grands artistes de notre temps", a lancé Regine King en venant recevoir son prix sur la scène du Dolby Theater.

Sans maître de cérémonie

Dans la catégorie du "meilleur acteur", deux noms sont à suivre particulièrement : le Gallois Christian Bale, méconnaissable dans son rôle de l'ex-vice président Dick Cheney, et Rami Malek, qui a revêtu avec brio les justaucorps moulants du chanteur de Queen.

La catégorie de la "meilleure actrice" est peut-être la seule cette année avec une favorite nettement identifiée : Glenn Close, qui a déjà enchaîné les récompenses pour son rôle de femme dans la tourmente avec "The Wife". L'actrice de 71 ans a d'ailleurs encore reçu samedi le prix de la meilleure actrice aux Spirit Awards du cinéma indépendant.

Aux Oscars, elle trouvera sur son chemin Lady Gaga, ou la jeune comédienne Yalitza Aparicio, personnage principal de "Roma", mais beaucoup estiment que l'heure est enfin venue de remettre à Glenn Close un "Oscar bien mérité".

À noter que pour la première fois depuis 1989, les Oscars seront privés de maître de cérémonie. L'Académie avait bien offert le poste au comédien et humoriste Kevin Hart, mais celui-ci a jeté l'éponge après la résurgence de vieux tweets jugés homophobes. Les organisateurs ont finalement choisi de se passer d'animateur unique, préférant laisser des stars se succéder pour présenter chaque récompense et débiter les incontournables blagues et traits d'esprit. L'occasion aussi pour eux de muscler une cérémonie jugée trop molle par de nombreux professionnels, et de ramener à trois heures sa durée.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.