Accéder au contenu principal

Les Sénégalais aux urnes pour le premier tour de la présidentielle

Une électrice sénégalaise s'apprêtant à voter, à Thiès, le 24 février 2019.
Une électrice sénégalaise s'apprêtant à voter, à Thiès, le 24 février 2019. Michèle Cattani, AFP

Les Sénégalais se rendent aux urnes, dimanche, pour le 1er tour de la présidentielle. Le président sortant Macky Sall affronte quatre rivaux. De premières estimations sont attendues dès la fermeture des bureaux de vote, à 18 h (heure locale).

PUBLICITÉ

C’est "l’heure du choix", titrait samedi la presse après trois semaines de campagne électorale au Sénégal. Plus de 6 millions d’électeurs sont appelés aux urnes, dimanche 24 février, pour une présidentielle qui oppose le président sortant Macky Sall à quatre adversaires.

>> À voir aussi : Qui sont les cinq candidats de la présidentielle au Sénégal ?

Le scrutin a commencé à 8 h (locale et GMT) dans les 6 500 bureaux de vote répartis au Sénégal. Deux heures après l'ouverture des bureaux de vote, puis à la mi-journée, l'envoyée spéciale de France 24 Salima Belhadj a constaté une forte affluence des électeurs  en plein cœur de Dakar. Les premiers résultats sont attendus dès la fermeture des bureaux à 18 h, mais ne deviendront officiels qu'à partir du 25 ou du 26 février. Un éventuel second tour se tiendrait vraisemblablement le 24 mars.

Les autorités ont annoncé le déploiement de 8 000 policiers et gendarmes en tenue dans les agglomérations urbaines le jour du vote, ainsi qu'un nombre indéterminé d'agents en civil. Selon le ministère de l'Intérieur, quelque 5 000 observateurs, dont près de 900 de missions étrangères, surveilleront le bon déroulement des opérations.

Macky Sall brigue un nouveau mandat

Macky Sall, 56 ans, souhaiterait piloter pour les cinq prochaines années la deuxième phase (2019-2023) de son plan Sénégal émergent et même l'emporter dès le premier tour, une prouesse réussie uniquement par son ancien mentor, Abdoulaye Wade (2000-2012). Ses concurrents espèrent bien contrarier ses ambitions, à commencer par l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, 59 ans, et le député "antisystème" et ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, 44 ans.

>> À lire aussi : Au Sénégal, l'opposition dans l'ombre du bilan économique "positif" de Macky Sall

Pour la première fois depuis 1978, ni le Parti socialiste ni le Parti démocratique sénégalais (PDS, libéral) d'Abdoulaye Wade, ne présentent leur propre candidat. Mais la famille libérale est particulièrement bien représentée, avec Macky Sall, Idrissa Seck et l'ancien ministre Madické Niang, 65 ans, tous trois issus du PDS.

Tous deux élus députés en 2017, Ousmane Sonko, partisan déclaré du patriotisme économique, et le président d'université privée Issa Sall, 63 ans, proche d'un mouvement religieux issu de la puissante confrérie tidiane, font en revanche figure de nouveaux venus sur la scène politique nationale.

Le Sénégal, qui a connu deux alternances, en 2000 et en 2012, et aucun coup d'État, fait figure de modèle démocratique en Afrique, mais les campagnes électorales y sont souvent émaillées d'accusations de corruption, de désinformation et de violences. Des affrontements ont fait deux morts le 11 février à Tambacounda, à 420 km à l'est de Dakar, entre partisans de Macky Sall et d'Issa Sall, et les "caravanes" des candidats sillonnant le pays ont parfois été accueillies par des jets de pierre.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.