Accéder au contenu principal

Présidentielle au Sénégal : les électeurs se sont déplacés en nombre et dans le calme

L'affluence a été forte dans les bureaux de vote au Sénégal, 24 février 2019, comme ici à Thiès.
L'affluence a été forte dans les bureaux de vote au Sénégal, 24 février 2019, comme ici à Thiès. Michele Cattani, AFP

Les Sénégalais ont voté en nombre et dans le calme, dimanche 24 février, pour choisir leur président parmi les cinq candidats en lice. Des premières tendances se dessinaient en soirée, mais aucun résultat officiel n'a été donné.

Publicité

Macky Sall effectuera-t-il un second mandat ? Les Sénégalais étaient appelés aux urnes dimanche 24 février pour répondre à cette question en choisissant qui du président sortant ou des autres candidats – Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang et Issa Sall–  sera élu à la tête du Sénégal.

Plusieurs heures après la fermeture des bureaux de vote, des premières tendances se dessinaient. Mais aucun résultat officiel n'a été donné.

Le décryptage de Cyril Payen

Au QG de campagne de Macky Sall, les partisans du président sortant étaient très confiants. Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne "a annoncé depuis le siège de la coalition présidentielle que Macky Sall était réélu avec un score, selon lui, qui le donnait gagnant dès le premier tour, rapporte Sarah Sakho, correspondante de France 24 à Dakar. Mais cette information est démentie par l'opposition". Plus tôt dans la soirée, ses deux principaux rivaux, Idrissa Seck et Ousmane Sonko, ont effectivement fait savoir, lors d'une conférence de presse commune, qu'ils n'accepteraient pas que le président sortant "confisque" la volonté populaire.

>> À lire aussi : Qui sont les cinq candidats à la présidentielle sénégalaise ?

Seule certutide du scrutin : le vote s'est déroulé sans incident majeur dans le pays. "Parmi les bureaux observés par notre mission, l'appréciation générale est assez positive. Il y a eu très peu de violences, des incidents très isolés, ce qui est une très bonne nouvelle", a déclaré la cheffe de la Mission d'observation de l'Union européenne, Elena Valenciano.

Pour ce qui est de la participation, à 13h00 (heure locale), elle était de 39 %, selon une source proche du ministère de l'Intérieur, ce qui laisse augurer qu'elle pourrait dépasser les quelque 51 % du premier tour de la précédente présidentielle en 2012. Selon des données partielles récoltées par la Mission d'observation de la société civile, elle s'élevait à près de 60 % en fin de journée. Une hausse qui s'explique par "l'importance des réseaux sociaux durant la campagne, les gens se sont motiviés à aller voter à travers Internet. Et aussi par la jeunesse, qui était au cœur de la campagne des cinq candidats et s'est mobilisée", indique Salima Belhadj, envoyée spéciale de France 24 à Dakar.

À Point E, quartier central de Dakar, les opérations de vote se sont achevées comme prévu à 18h00 et le dépouillement a immédiatement commencé, selon une journaliste de l'AFP. Les médias sénégalais égrainaient quant à eux des résultats officieux très partiels, bureau par bureau, ne permettant pas de dégager de tendance.

Les résultats ne deviendront officiels qu'à partir du 25 ou du 26 février et un éventuel second tour, compte tenu des délais légaux de proclamation, de possibles contestations et de la campagne, se tiendrait vraisemblablement le 24 mars.

Présidentielle au Sénégal : "La campagne a été étrange"

Macky Sall en favori

Fort du précédent statistique, puisque tous ses prédécesseurs ont accompli au moins deux mandats, Macky Sall, 56 ans, veut piloter pour les cinq prochaines années la deuxième phase (2019-2023) de son plan "Sénégal émergent" et même l'emporter dès le premier tour, comme son ancien mentor, Abdoulaye Wade (2000-2012) en 2007.

>> À voir : Les principaux enjeux de la présidentielle au Sénégal

Ses concurrents, rescapés du nouveau système de parrainages et des décisions judiciaires qui ont éliminé des rivaux de poids, espèrent pourtant le tenir en échec, en particulier l'ancien Premier ministre Idrissa Seck, 59 ans, et le député "antisystème" et ex-inspecteur des impôts Ousmane Sonko, 44 ans, qui ont tous deux prophétisé sa chute.

Dès la fermeture des bureaux, la formation d'Ousmane Sonko a dénoncé "de nombreuses irrégularités", critiquant notamment un arrêté pris dans la journée par le ministère de l'Intérieur autorisant les électeurs n'ayant pas retrouvé leur nom sur les listes de leur bureau de vote à voter dans celui où ils étaient auparavant inscrits. Pour la coalition d'Idrissa Seck, cet arrêté constitue une "violation flagrante du code électoral".

L'affluence avait été forte dès l'ouverture des bureaux à Fatick (centre), où Macky Sall a voté, mais aussi à Thiès (ouest), où Idrissa Seck a accompli son devoir civique, à Kolda (sud) et à Touba (centre), ville sainte de la confrérie mouride, où le doyen des candidats, l'ex-ministre Madické Niang, 65 ans, a tenu à faire la queue comme les autres électeurs.

Tous deux élus députés en 2017, les deux nouveaux venus sur la scène politique nationale, Ousmane Sonko et le président d'université privée Issa Sall, 63 ans, proche d'un mouvement religieux issu de la confrérie tidiane, ont voté respectivement à Ziguinchor (sud) et Tataguine (ouest).

"Au terme de cette journée, le peuple sénégalais sera le seul vainqueur. Et le président qui sera choisi devra être également le président de tous les Sénégalais", a déclaré Macky Sall.

Valdiodio N'Diaye, coordinateur de la mission d'observation de la société civile

L'enjeu des primo-votants

Dans de nombreux endroits ont été installés, des "abris provisoires", des bureaux de vote sous des bâches, pour faire face à l'augmentation du nombre d'électeurs, comme à la Scat-Urbam, une banlieue de Dakar. "C'est dû aux primo-votants", ayant récemment atteint la majorité légale, a expliqué Adama Diallo, président d'un bureau.

Dans le quartier administratif du Plateau, une étudiante infirmière de 24 ans, Fatoumata Diallo, s'est dite "fière" de voter pour la première fois. "Je m'en souviendrai toute ma vie".

>> À lire aussi : Les candidats tentent de conquérir les internautes

L'opposition a dénoncé l'invalidation des candidatures de Karim Wade, fils et ancien ministre d'Abdoulaye Wade, et de Khalifa Sall, maire déchu de Dakar, tous deux frappés par des condamnations judiciaires, ainsi que le système de parrainages.

Idrissa Seck est apparu comme le principal bénéficiaire de cet écrémage puisque Khalifa Sall a annoncé de sa prison lui apporter son soutien et que la grande majorité des 20 recalés du parrainage se sont ralliés à lui.

Le Sénégal, qui a connu deux alternances, en 2000 et en 2012, et aucun coup d'État, fait figure de modèle démocratique en Afrique, mais les campagnes électorales y sont souvent émaillées d'accusations de corruption, de désinformation et de violences.

Des affrontements ont fait deux morts le 11 février à Tambacounda, à 420 km à l'est de Dakar, entre partisans de Macky Sall et d'Issa Sall. Dimanche, 8 000 policiers et gendarmes en tenue ainsi qu'un nombre indéterminé d'agents en civil étaient déployés, selon les autorités.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.