Accéder au contenu principal

En Iran, le président Hassan Rohani refuse la démission de Mohammad Javad Zarif

La démission du chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a été refusée mardi 26 février par le président Hassan Rohani.
La démission du chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a été refusée mardi 26 février par le président Hassan Rohani. Atta Kenare, AFP

Le président iranien Hassan Rohani a refusé la démission de son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a annoncé mardi 26 février l'agence de presse Fars.

PUBLICITÉ

Démission refusée pour le chef de la diplomatie iranienne. Mardi 26 février, le président Hassan Rohani a rejeté la démission de son ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a révélé l'agence de presse iranienne Fars.

"Toutes les interprétations, toutes les analyses sur les raisons qui seraient derrière la démission du ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, au-delà de ce qu'il a écrit sur son compte Instagram, ne sont pas pertinentes et, comme l'a dit aujourd'hui le directeur de cabinet du président (Rohani), cette démission n'a pas été acceptée", a indiqué le porte-parole du ministère Bahram Qasemi, dont les propos sont rapportés par Fars.

Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif, cheville ouvrière de l'accord international sur le nucléaire iranien de 2015, avait annoncé lundi 25 février par un message sur Instagram qu'il démissionnait de son poste.

"Je m'excuse de ne plus être capable de continuer à mon poste et pour tous mes manquements dans l'exercice de mes fonctions", a-t-il écrit. " Je suis extrêmement reconnaissant au peuple iranien et à ses dirigeants respectés pour la magnanimité dont ils ont fait preuve pendant 76 mois".

"C’est une véritable surprise"

"C’est une véritable surprise", note ainsi Siavosh Ghazi, le correspondant de RFI et France 24 à Téhéran. "Tout en sachant que ces dernières semaines Mohammad Javad Zarif était très critiqué sur l’accord nucléaire qui n’a pas donné les résultats que l’Iran escomptait".

Considéré comme un modéré, Mohammad Javad Zarif a joué un rôle important dans les négociations et la conclusion de l'accord de Vienne de 2015 sur le programme nucléaire iranien. Mais il est la cible des ultraconservateurs en Iran depuis que Donald Trump a dénoncé l'accord en mai dernier et que des sanctions ont de nouveau été imposées à la République islamique.

Né en 1960, Zarif a longtemps vécu aux États-Unis, à partir de l'âge de 17 ans, au moment de ses études à San Francisco et à Denver, puis en tant que diplomate aux Nations unies à New York, où il a occupé le poste d'ambassadeur de 2002 à 2007.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.