Accéder au contenu principal

Cachemire : l'Inde dit avoir "frappé" un camp d'entraînement islamiste au Pakistan

Un avion de chasse Mirage-2000 de l'Indian Air force, le 16 février 2019.
Un avion de chasse Mirage-2000 de l'Indian Air force, le 16 février 2019. Prakash Singh, AFP

L'Inde a annoncé avoir bombardé mardi un camp d'entraînement islamiste au Pakistan. Le Pakistan dénonce de son côté une violation du cessez-le-feu tandis que la Chine appelle ses deux voisins à la retenue.

PUBLICITÉ

L'Inde a annoncé avoir mené mardi 26 février une "frappe préventive" qui a tué un "très grand nombre" de membres d'un groupe islamiste basé au Pakistan, Islamabad dénonçant une "violation" de la frontière de facto dans la région disputée du Cachemire.

Les tensions sont très vives entre les deux frères ennemis d'Asie du Sud depuis l'attentat suicide au Cachemire indien qui a tué au moins 40 paramilitaires indiens le 14 février. Il a été revendiqué par le groupe islamiste insurgé Jaish-e-Mohammed (JeM), basé au Pakistan.

Cachemire : "Narenda Modi a tout intérêt à surenchérir les tensions pour séduire les citoyens"

La communauté internationale redoute une escalade entre les deux voisins et rivaux, tous deux dotés de l'arme nucléaire et qui se sont livrés plusieurs guerres dans le passé, notamment au sujet de la région poudrière du Cachemire que tous deux revendiquent. La Chine a d'ailleurs appelé mardi son allié pakistanais ainsi que l'Inde à la retenue. "Nous espérons que l'Inde comme le Pakistan feront preuve de retenue et agiront de manière à stabiliser la situation dans la région et à améliorer leurs relations, plutôt que l'inverse", a déclaré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Lu Kang.

"Frappe préventive" selon l'Inde, "violation du cessez-le-feu" selon le Pakistan

Le Premier ministre nationaliste indien Narendra Modi, en campagne pour les législatives qui doivent avoir lieu d'ici mai et dont la posture de fermeté semble plaire à l'électorat, a donné carte blanche aux autorités pour mettre fin aux violences séparatistes dans la région himalayenne.

Selon les autorités indiennes, le JeM préparait de nouveaux attentats suicide en Inde. "Au vu du danger immédiat, une frappe préventive est devenue absolument nécessaire", a dit Vijay Gokhale, un haut responsable de la diplomatie indienne, lors d'une conférence de presse, qualifiant ce raid d'"action préventive non militaire" et "spécifiquement ciblée sur le camp de JeM".

New Delhi n'a pas donné officiellement de détails sur les modalités de cette frappe mais la presse locale rapportait qu'elle avait pris la forme d'un bombardement aérien mené par des avions de chasse Mirage 2000. Le Pakistan avait affirmé plus tôt avoir repoussé une brève incursion de l'armée de l'air indienne au-dessus du Cachemire.

"Confrontés à la réponse opportune et efficace de l'armée de l'air pakistanaise, (les avions indiens) ont largué en hâte une charge utile en s'enfuyant, qui est tombée près de Balakot. Pas de victimes ni de dégâts", a indiqué sur Twitter le porte-parole de l'armée pakistanaise, le général Asif Ghafoor sur Twitter.

"L'Inde a commis une violation du cessez-le-feu et nous nous réservons le droit de répondre de façon adéquate", a dénoncé le ministre des Affaires étrangères pakistanais Shah Mehmood Qureshi.

Avec Reuters et AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.