Accéder au contenu principal

En Libye, le Premier ministre et le maréchal Haftar s’accordent sur l'organisation d'élections

Le maréchal Haftar, à l'Élysée le 29 mai 2018.
Le maréchal Haftar, à l'Élysée le 29 mai 2018. Philippe Wojazer, Reuters

Un accord a été conclu entre le chef du gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj et son rival, le maréchal Khalifa Haftar sur l'organisation d'élections en Libye. L'annonce a été faite jeudi par la Mission d'appui des Nations unies en Libye.

PUBLICITÉ

Le chef du Gouvernement d'union nationale Fayez al-Sarraj et son rival, le maréchal Khalifa Haftar, "se sont entendus sur la nécessité de mettre fin à la période de transition à travers des élections générales", a déclaré la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul) sur son compte Twitter.

Après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye a plongé dans le chaos, déchirée par des luttes d'influence entre de nombreuses milices. Le pays est aujourd'hui dirigé par deux autorités rivales : à Tripoli est basé le GNA, dirigé par Fayez al-Sarraj et soutenu par la communauté internationale, et dans l'Est libyen, un cabinet parallèle est appuyé par l'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par Khalifa Haftar. Parmi les institutions divisées figure également la banque centrale.

Dernière rencontre en 2018

La dernière rencontre entre les deux hommes remonte à fin mai 2018 à Paris où, déjà, il était question d'organiser des élections mais sans qu'aucune partie ne s'y engage solennellement.

En novembre, l'Italie, partenaire historique et principal de la Libye, avait tenté, sans succès, un nouveau rapprochement entre Sarraj et Haftar lors d'une réunion à Palerme en présence des pays impliqués dans le dossier libyen. Mais le maréchal Haftar avait boycotté la rencontre.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.