Accéder au contenu principal

Présidentielle au Sénégal : Macky Sall réélu selon les résultats officiels provisoires

Le président sortant, Macky Sall, faisant un discours après avoir voté à Fatick, le 24 février 2019.
Le président sortant, Macky Sall, faisant un discours après avoir voté à Fatick, le 24 février 2019. Zohra Bensemra, Reuters

Le président sortant du Sénégal, Macky Sall, a été réélu dès le premier tour de la présidentielle, a annoncé jeudi la Commission de dépouillement du scrutin. Les candidats d'opposition rejettent le résultat mais ils n'introduiront pas de recours.

Publicité

Candidat à sa propre succession, Macky Salla remporté l'élection présidentielle au Sénégal avec 58,27 % des suffrages, selon les résultats officiels provisoires, a annoncé jeudi 28 février la la Commission nationale de recensement des votes (CNRV). La participation au scrutin a été de 66,24 %, a précisé la Commission.

L'annonce des résultats a provoqué des scènes de liesse au siège de campagne du président élu, où ce dernier devrait s'exprimer plus tard dans la journée. "Macky Sall a fait trois fois plus de voix que le second. C'est ce qu'on appelle une victoire sans appel", a commenté sa collaboratrice, Aminata Touré.

Les candidats d'opposition "rejettent fermement" les résultats mais n'introduiront pas de recours. Pour être déclarés définitifs, les résultats doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel.

Sénégal : Macky Sall comptait sur son bilan économique pour se faire réélire

Un président sortant favori du scrutin mais critiqué

Au pouvoir depuis 2012, Macky Sall devance, selon la CNRV, l'ancien Premier ministre Idrissa Seck (20,50 %), le député "antisystème" Ousmane Sonko (15,67 %), le président d'université privée Issa Sall (4,07 %) et l'ancien ministre Madické Niang (1,48 %).

Le président sortant du Sénégal, 57 ans, était considéré comme favori du scrutin en raison de la croissance économique qui a accompagné son premier mandat. Il est cependant critiqué par l'opposition et des associations de défense des droits de l'Homme après l'exclusion des candidatures de deux opposants.

Avec Reuters et AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.