ALGÉRIE

Des dizaines de milliers de personnes dans la rue contre un 5e mandat de Bouteflika en Algérie

Photo prise lors de la manifestation à Alger, le 1er mars 2019.
Photo prise lors de la manifestation à Alger, le 1er mars 2019. Ryad Kramdi, AFP

Les Algériens opposés à un cinquième mandat du président Abdelaziz Bouteflika sont descendus dans la rue, vendredi après-midi, dans la capitale et plusieurs grandes villes du pays.

Publicité
  • Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans la rue, vendredi 1er mars, à Alger mais également dans plusieurs villes du pays (Oran, Tizi-Ouzou, Bouira et Sétif notamment). Si la mobilisation était plus importante que la semaine dernière, le mot d’ordre était le même : dénoncer la candidature à un cinquième mandat du chef de l'État sortant Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, à l'élection présidentielle du 18 avril.
  • La plupart des manifestations se sont déroulées dans le calme même si les forces de l’ordre ont procédé à des tirs de gaz lacrymogènes. Vers la fin de la journée, des affrontements entre policiers et groupes de jeunes ont eu lieu sur une avenue menant à la présidence de la République. 45 personnes ont été arrêtées à Alger, selon la police. 183 personnes ont été blessées selon l'agence de presse officielle APS, qui cite le
    ministère de la Santé, samedi.
  • Ce vendredi de mobilisation était décisif pour les opposants à Bouteflika car la date limite pour déposer les candidatures à la présidentielle du 18 avril est fixée au dimanche 3 mars à minuit.
  • Ce mouvement de contestation a pris une ampleur sans précédent vendredi dernier. La semaine a ensuite été marquée par plusieurs cortèges, dont des rassemblements étudiants, le 26 février, ou un sit-in de journalistes contre la "censure" à Alger, le 28 février. Une dizaine de journalistes ont y été arrêtés quelques heures, puis relâchés.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine