Bélarus: la rédactrice en chef d'un média indépendant écope d'une amende

Minsk (AFP) –

Publicité

La justice bélarusse a condamné lundi à une amende la rédactrice en chef du principal site d'informations indépendant du pays, lui évitant une peine de prison pour cette affaire dénoncée par des militants des droits de l'Homme.

Marina Zolotova, rédactrice en chef du site d'informations tut.by, avait été arrêtée en août en même temps qu'une dizaine d'autres journalistes dans le cadre d'une enquête sur l'utilisation sans abonnement des services de l'agence de presse BelTA.

Elle était accusée "d'inaction" et de négligence pour ne pas avoir contrôlé le travail de ses subordonnés qui avaient utilisé les services de BelTA. Elle encourait jusqu'à cinq ans de prison et une interdiction d'occuper un poste à responsabilité.

Lundi, un tribunal de Minsk l'a condamné à une amende de 7.650 roubles bélarusses (environ 3.150 euros) et à payer des frais de justice d'un montant de 6.000 roubles.

Le Parquet avait requis contre elle une amende plus importante, de 25.500 roubles bélarusses (environ 10.500 euros).

Les autres journalistes arrêtés en même temps Mme Zolotova, employés par tut.by et plusieurs autres médias dont l'agence de presse privée BelaPAN, avaient été libérés après avoir été condamnés à payer des dommages et intérêts.

L'ONG Reporters sans frontières a dénoncé le procès de Mme Zolotova comme "un acte d'intimidation contre les derniers médias indépendants du Bélarus", ex-république soviétique située aux portes de l'Union européenne et dirigée depuis 1994 par l'autoritaire président Alexandre Loukachenko.

Le pays figure à la 155e place au classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF.