Accéder au contenu principal

Venezuela : Juan Guaido de retour à Caracas malgré les risques d'arrestation

Une manifestation pro-Guaido avant son retour attendu, le 4 mars 2019.
Une manifestation pro-Guaido avant son retour attendu, le 4 mars 2019. Yuri Cortez, AFP

Bravant les menaces d'arrestation, le chef de l'opposition vénézuélienne et autoproclamé président, Juan Guaido, est arrivé lundi en milieu de journée à l'aéroport Maiquetia de Caracas, selon des images de la télévision.

Publicité

L'opposant vénézuélien Juan Guaido est arrivé, lundi 4 mars à la mi-journée, à l'aéroport international de Caracas où l'attendaient une foule de partisans et les ambassadeurs de plusieurs pays européens et latino-américains, selon les images retransmises en direct par la télévision.

"On continue dans les rues, la mobilisation continue ! Nous sommes ici, au Venezuela !", a lancé Juan Guaido à la foule. Auparavant, dans un message audio sur Twitter, il avait annoncé qu'il était en route vers chez lui, et qu'il serait dans quelques heures "avec les hommes et les femmes qu'[il] admire le plus". "À mon arrivée, quelle que soit la voie choisie par le dictateur, nous allons continuer", ajoutait-il dans ce message.

Le président de l'Assemblée nationale s'est autoproclamé président par intérim le 23 janvier et a été reconnu par une cinquantaine de pays (dont la France), mais il risque une arrestation pour avoir bravé une interdiction de sortie du territoire vénézuélien.

Juan Guaido a galvanisé la foule qui l'attendait à Caracas en déclarant, bras levés au côté de son épouse : "Vous avez devant vous le président de la République du Venezuela !" "Malgré les menaces des groupes armés (...) nous voici, plus forts que jamais !" a-t-il répété en appelant à "rester mobilisés dans toutes les rues du Venezuela".

"Nous sommes ici comme témoins de la démocratie et de la liberté, afin que le président Guaido puisse rentrer", avait indiqué juste avant son arrivée l'ambassadeur de France à Caracas, Romain Nadal. "Pour garantir que le président de l'Assemblée nationale pourra rentrer sans incident dans son pays", a insisté le représentant de l'Allemagne Daniel Kriener.

"Une réaction rapide" des États-Unis

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a salué le retour à Caracas de l'opposant vénézuélien, reconnu par Washington comme président par intérim. "Les États-Unis et les nations éprises de paix à travers le monde soutiennent le président par intérim Guaido, l'Assemblée nationale et toutes les forces démocratiques qui travaillent à l'organisation d'élections libres et justes pour rétablir la démocratie au Venezuela", a-t-il déclaré dans un communiqué.

"La communauté internationale doit être unie et faire pression pour mettre fin au régime brutal de Maduro", a-t-il insisté.

Plus tôt dans la journée, les États-Unis avaient promis une "réaction rapide" en cas de "menaces, violences ou intimidations" contre Juan Guaido.

Le président Maduro a de son côté répété ces derniers jours qu'en tant que chef du Parlement, son rival devait "respecter la loi" et que s'il rentrait au pays, il devrait "rendre des comptes à la justice".

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.