Accéder au contenu principal

Rougeole : "La France est mauvaise élève en matière de vaccination"

Une campagne de vaccination contre la rougeole en Ukraine.
Une campagne de vaccination contre la rougeole en Ukraine. Yuri Dyachyshyn, AFP

L'Unicef tire la sonnette d'alarme face à la recrudescence de la rougeole, 98 pays ayant signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 par rapport à 2017. La France fait partie des pays responsables de cette augmentation.

PUBLICITÉ

L'Organisation mondiale de la santé, puis l'Unicef, l'agence des Nations unies pour l'enfance, se sont récemment inquiétées de la recrudescence des cas de rougeole un peu partout dans le monde.

À l'échelle mondiale, 98 pays ont signalé un plus grand nombre de cas de rougeole en 2018 par rapport à 2017, ce qui entrave les progrès accomplis dans la lutte contre cette maladie hautement évitable, mais potentiellement mortelle, note l'Unicef.

L'Ukraine, les Philippines et le Brésil ont connu la plus forte augmentation annuelle de cas, mais la France figure également dans les dix pays responsables de trois quarts environ de l'augmentation totale des cas en 2018. Dans l'Hexagone, 2 269 cas supplémentaires ont été recensés par rapport à l'année précédente.

Interrogé par France 24, le professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses à l'hôpital universitaire Raymond-Poincaré de Garches, près de Paris, explique pourquoi la France est un mauvais élève.

>> À lire aussi : "Rougeole, tuberculose, gale... Les maladies d'autrefois font leur retour en France"

France 24 : Pourquoi l'Unicef s'alarme-t-elle d'un retour de la rougeole ?

Christian Perronne : Cela fait déjà des années. Cela revient sans arrêt parce qu’il y a, dans beaucoup de pays, une couverture vaccinale qui n’est pas optimale. La couverture vaccinale est excellente sur tout le continent américain, au Nord comme au Sud. La rougeole avait même été éliminée de toutes les Amériques, mais malheureusement en Europe, cela est très difficile.

Il n’y aura cependant pas d'épidémie mondiale gigantesque, car il y a quand même beaucoup de gens vaccinés dans énormément de pays, mais si cela continue, on va régulièrement assister à des bouffées épidémiques dans différents endroits. Ce qui est un peu inquiétant en ce moment, c’est de voir que la rougeole touche des adultes. Ils peuvent développer des formes plus sévères que les enfants et beaucoup doivent être hospitalisés.

La France figure parmi les principaux pays qui participent à cette recrudescence. Comment l'expliquer ?

Car la France est mauvaise élève en matière de vaccination, et pas seulement pour la rougeole. Il y a un manque de confiance de la part de la population, car il y a beaucoup d’agitation médiatique autour des vaccins et beaucoup de bruits négatifs qui courent. Cela revient de manière récurrente sans qu’il y ait jamais d’études qui indiquent une quelconque dangerosité des vaccins. Ces fausses informations se propagent notamment sur Internet.

Il y a toujours une défiance vis-à-vis du vaccin, car on l’administre à quelqu’un qui est en bonne santé. Les anti-vaccins invoquent beaucoup de motifs, écologiques ou religieux. C’est très bien de laisser faire la nature, mais quand on le faisait autrefois en matière de maladies infectieuses, les gens ont oublié qu'il y a eu des milliers de morts dans des épidémies. Les gens ne se rendent pas compte aujourd’hui que si beaucoup de maladies ont disparu, c'est grâce aux vaccins. Comme ils ne voient plus de gens autour d’eux mourir de maladies infectieuses, ils en concluent que les vaccins sont inutiles.

La défiance envers le vaccin contre la rougeole vient aussi de son image de maladie bénigne. Il est vrai qu’autrefois, on la faisait tous quand on était petit et qu’heureusement dans la majorité des cas, cela était sans gravité. Mais il ne faut pas oublier que cela peut être maladie très grave, notamment en Afrique, où les gens sont dénutris. Dans les pays riches, les complications sont plus rares, mais il y a parfois des formes compliquées avec des encéphalites, des séquelles, des gens qui sont restés paralysés ou qui ont fait une maladie progressive neurologique dans les années qui ont suivi la rougeole.

Que répondez-vous aux personnes anti-vaccins ?

Je leur dis que je me vaccine et que je vaccine mes enfants. Il n’y a pas de risque à se faire vacciner. Bien entendu, il faut respecter certaines contre-indications, mais elles sont connues. Si on suit les recommandations habituelles, il n’y a pas de problème. On ne fait pas le vaccin de la rougeole à quelqu’un qui est immunodéprimé ou dans certains cas particuliers, mais dans la population générale, c’est un vaccin qui est très bien supporté. Il est donc dommage de prendre un risque, quand on peut éviter la maladie. Par ailleurs, si on ne se vaccine pas soi-même, on a une responsabilité car on contribue à transmettre la maladie à d’autres personnes plus fragiles autour de soi.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.