Accéder au contenu principal

Aux États-Unis, les démocrates hésitent à se lancer sur la piste d’Ivanka Trump

Ivanka Trump à Munich, le 16 février 2019.
Ivanka Trump à Munich, le 16 février 2019. Christof Stache, AFP

Alors que les démocrates ont lancé aux États-Unis une vaste enquête contre l’administration Trump visant 81 sources, il est une personnalité clé de l’entourage du président que l’opposition n’ose, pour l’heure, pas toucher : sa fille, Ivanka Trump.

PUBLICITÉ

correspondante à New York

“L’intouchable”, “l’enfant roi”, “la beauté dorée”, la conseillère à l’image de “mère photogénique” ultra-soignée. Depuis l'entrée en fonction de Donald Trump, certains membres de la presse américaine cherchent à percer l'énigme Ivanka Trump, businesswoman de 37 ans et fille chérie du président qui en a fait l’une de ses plus proches conseillères à la Maison Blanche. Ces journalistes ne sont pas les seuls. Au sein des démocrates, les affaires d’Ivanka Trump prêtent de plus en plus à interrogations.

Selon des informations reprises par plusieurs médias dont le Washington Post, provenant de personnes proches des démocrates à la Chambre des représentants, l'éventualité d'ouvrir une enquête sur la fille ainée du président fait son chemin. Il s'agirait de déterminer si Ivanka Trump a tiré profit financièrement, à titre personnel, de ses fonctions à la Maison Blanche, dans le cadre de possibles conflits d’intérêts. De quoi contrarier Donald Trump qui a plusieurs fois averti, menaçant, que ses enfants devaient être tenus à l’écart d’éventuelles enquêtes fédérales.

En octobre 2018, la Chine avait donné son feu vert à la ligne de vêtements et de bijoux Ivanka Trump Marks LLC pour la vente, sur le territoire chinois, de produits de cette marque. Trois mois plus tôt, la “First daugther” avait pourtant annoncé avoir mis fin aux activités de sa marque pour se concentrer sur ses fonctions à Washington, qui l'amènent à travailler sur des enjeux liés entre autres à la justice criminelle ou au Moyen-Orient. Ces accords chinois portaient sur les ventes de sacs à main, de lunettes de soleil, de chaussures, de produits de beauté et, même, étrangement, de machines électorales.

Pour les détracteurs de l’administration Trump, de tels liens commerciaux, aux relents de conflits d'intérêts, entre l’une des figures de Washington - Donald Trump père a lui aussi passé des accords similaires - et les autorités chinoises n'étaient pas bienvenus.

Enquêter sur Ivanka Trump, un terrain miné pour les démocrates

La société d’Ivanka Trump avait déjà attiré l’attention en février 2017, lorsque sa marque a été promue par la conseillère à la Maison Blanche, Kellyanne Conway, en pleine interview sur la chaîne Fox News. “Allez acheter des produits de la marque d’Ivanka ! Allez-y tous, aujourd’hui. On peut les trouver en ligne”, avait-elle lancé à l’intention des spectateurs, faisant caracoler le chiffre d’affaires de la société.

Mais surtout, dernièrement, c'est le traitement très spécial réservé à Ivanka Trump, et à son mari Jared Kushner, l'un des principaux conseillers du président, au sein de la Maison Blanche qui a suscité des suspicions. Donald Trump aurait en effet insisté pour que sa fille et son gendre soient autorisés à avoir accès à des informations top secrètes, contre l’avis du personnel de la Maison blanche, a indiqué CNN le 6 mars, appuyant des informations déjà publiées par le New York Times en février.

En réaction à ces révélations, des membres de la Chambre des représentants ont aussitôt annoncé l'ouverture d'une enquête sur ces "passe-droits". Mais pour les démocrates, le terrain est potentiellement miné. À Washington, rappelle un article de Vanity Fair intitulé “Qui a peur d’Ivanka Trump ?”, il existe un accord tacite selon lequel les familles des présidents ne sont pas prises pour cibles au milieu des batailles politiques. On ne touche ainsi pas aux enfants, au risque d’être vu comme un adversaire sans pitié.

“S’en prendre aux membres de la famille est à mon avis dangereux”, a estimé Gerry Connolly, élu démocrate de la Chambre des représentants, au site d'information Politico le 6 mars. “Cela peut devenir très personnel, très rapidement. Et cela peut se retourner contre nous.” D’autres redoutent qu’une telle offensive ne fasse justement le jeu de Donald Trump, comme l’explique encore Politico. “Sonner la charge contre les enfants de Donald Trump est la chose qui pourrait provoquer de la sympathie pour un président qui n’a de cesse de dénoncer “un harcèlement présidentiel”.

”Les enfants Trump ne sont pas des enfants qui restent à la maison”

Moins présents politiquement aux côtés de leur père qu’Ivanka, les deux premiers fils de Donald Trump, Donald Trump Jr., 41 ans, et Eric Trump, 35 ans, tous deux à la tête de la Trump Organization, ne sont pas non plus dans les petits papiers des démocrates. Donald Trump Jr. est notamment soupçonné d’avoir signé des chèques pour rembourser l’ancien avocat de son père, Michael Cohen, dans le cadre de paiements versés à l’ancienne actrice pornorgraphique Stormy Daniels qui assure avoir eu une liaison avec le président.

Eric Trump se serait quant à lui vanté en 2014, selon l'écrivain James Dodson, d’avoir accès à “100 millions de dollars dans les banques russes” - ce que l'intéressé nie -, faisant de lui un témoin potentiel dans l’affaire sur l’ingérence présumée de la Russie dans la campagne de 2016.

Jeudi 7 mars, la chef de file des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi, a quant à elle rappelé que les fonctions occupées par les enfants de Trump les exposaient, de fait, à une surveillance approfondie. “(Les enfants de Donald Trump) sont des conseillers du président. Ils ont des autorisations de haut niveau. Ce ne sont pas des enfants qui restent à la maison.”

La déclaration de Nancy Pelosi est survenue alors que les élus démocrates ont lancé, le 4 mars, une vaste offensive contre l’administration Trump. La Commission judiciaire de la Chambre des représentants a demandé la remise de documents liés à 81 personnalités et organisations, dont les deux fils de Donald Trump, Eric et Donald Jr., ainsi que Jared Kushner. Le nom d’Ivanka Trump, lui, ne figure pas sur cette liste.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.