Accéder au contenu principal

Le dix-septième acte, la plus faible mobilisation des Gilets jaunes

Des Gilets jaunes manifestent, le 2 mars 2019, à Paris.
Des Gilets jaunes manifestent, le 2 mars 2019, à Paris. Éric Feferberg, AFP

Les Gilets jaunes ont manifesté un dix-septième samedi consécutif. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, ce rendez-vous a marqué la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement.

Publicité

Pour ce dix-septième rendez-vous des Gilets jaunes, ils étaient 28 600 personnes à  manifester dans toute la France samedi 9 mars, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. C'est la plus faible mobilisation depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier.

Le précédent chiffre le plus bas avait été enregistré le 29 décembre avec 32 000 manifestants recensés par l'Intérieur.

Après presque quatre mois d'existence, le mouvement est confronté à une lente décrue depuis plusieurs samedis. Pour l'acte XVI, 39 300 manifestants avaient été recensés en France par le ministère de l'Intérieur, dont 4 000 à Paris.

Des chiffres officiels régulièrement contestés par les Gilets jaunes qui professent leur motivation sans faille, à une semaine de la fin du grand débat voulu par l'exécutif pour apporter des solutions politiques à cette vaste contestation sociale.

>> À lire : L'ONU demande à Paris d'enquêter sur "l'usage excessif de la force" contre les Gilets jaunes

"Acte décisif : nous ne bougerons pas" : le principal événement du week-end à Paris proposait de camper et de faire un sit-in sur le Champ de Mars. Des manifestations se sont également déroulées à Lyon, Besançon, Strasbourg, Lille, Bordeaux, Montpellier, Avignon, à Quimper ou encore au Puy-en-Velay.

Dès vendredi soir, une trentaine de manifestants ont tenté d'installer quelques structures près de la Tour Eiffel, mais ont rapidement été délogés par les forces de l'ordre, a constaté un journaliste de l'AFP.

"À défaut de l'annonce de vraies mesures, nous resterons sur place tout le week-end et au-delà si nécessaire", assure la page Facebook de l'événement, qui compte 1 400 participants déclarés sur Facebook et 6 000 "intéressés".

"Flashmob géant" au terminal 1 de l’aéroport Charles de Gaulle

Cette occupation du Champ de Mars a été largement relayée par les figures historiques du mouvement. "Les 8,9, 10, gros sit-in, grosse mobilisation", promettait Maxime Nicolle dans une vidéo jeudi. "On dormira sur place."

Le sit-in parisien doit "installer nos ronds-points au cœur de la capitale, là où nous serons visibles de tous et entendus", expliquait de son côté Priscillia Ludosky la semaine dernière en conférence de presse.

L'acte XVII est également inspiré par la Journée internationale des droits des femmes. Samedi, les femmes Gilets jaunes appellent à une manifestation déclarée dans Paris, à partir de 11 h 00 entre les Champs-Élysées et le parc du Luxembourg. Objectif : faire "converger toutes les mobilisations".

>> À lire : Les Gilets jaunes poursuivent leur mobilisation avant un mois de mars déterminant

Enfin, un "flashmob géant" au terminal 1 de l'aéroport parisien de Roissy est également annoncé à la mi-journée, pour protester contre le projet de privatisation d'Aéroports de Paris.

Pour les Gilets jaunes, l'objectif affiché du mois de mars est de renouer avec l'esprit des débuts, lorsque le mouvement avait rassemblé 282 000 personnes à travers la France le 17 novembre.

Prévu le 16 mars, l'acte XVIII du mouvement aura lieu le lendemain de la fin officielle du grand débat et espère rassembler "la France entière à Paris" pour lancer un "ultimatum" au gouvernement.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.