Accéder au contenu principal

Joie et inquiétude dans les rues d'Alger après les annonces de Bouteflika

Scène de liesse à Alger, lundi 11 mars, après l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika de ne pas se présenter pour un cinquième mandat.
Scène de liesse à Alger, lundi 11 mars, après l'annonce d'Abdelaziz Bouteflika de ne pas se présenter pour un cinquième mandat. Zohra Bensemra, Reuters

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a annoncé lundi qu’il renonçait à se présenter à la présidentielle du 18 avril, scrutin qui a été reporté à une date inconnue. En réaction, les Algériens ont exprimé de la joie mais aussi de l'inquiétude.

Publicité

Dans un message à la nation publié dans la soirée du lundi 11 mars par l'agence officielle APS, Abdelaziz Bouteflika, a annoncé son retrait de la course à la présidence algérienne. Le scrutin est reporté sans qu'une nouvelle date ait été fixée.

  • Klaxons, chants et drapeaux algériens ont envahi le centre-ville d'Alger, où des scènes de joie ont immédiatement suivi l'annonce du président Bouteflika.
     
  • Sur les réseaux sociaux, des critiques se sont fait entendre. Des commentateurs reprochent au chef d'État de ne pas démissionner et de prolonger son mandat en reportant le scrutin présidentiel. Celui-ci aura lieu "dans le prolongement d'une conférence nationale" chargée de réformer le système politique et d'élaborer un projet de Constitution d'ici fin 2019.
     
  • La France, quant à elle, a salué la décision du président Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat. "La France exprime l'espoir qu'une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s'engager rapidement", a déclaré Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

Revivez la réaction à ces annonces en Algérie sur notre liveblog :

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.