Accéder au contenu principal

En Syrie, l'assaut a repris contre le dernier réduit des jihadistes à Baghouz

Un combattant des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans les environs de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, le 9 mars 2019.
Un combattant des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans les environs de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, le 9 mars 2019. Bulent Kilic, AFP

Après plusieurs reports, destinés à laisser passer des dizaines de milliers de civils fuyant les combats, les Forces démocratiques syriennes annoncent avoir repris l'assaut à Baghouz contre la dernière poche de l'organisation État islamique en Syrie.

PUBLICITÉ

Après une nouvelle suspension pour permettre l'évacuation de dizaines de milliers de personnes de l'enclave de Baghouz, l'assaut décisif contre l'ultime poche de l'organisation État islamique (OEI) en Syrie a repris. Le délai donné pour la "reddition" de ses combattants a expiré, ont annoncé dimanche les forces antijihadistes soutenues par une coalition internationale emmenée par Washington.

"Nous n'avons observé aucun mouvement de civils à l'intérieur (du réduit), les Forces démocratiques syriennes ont donc repris les opérations militaires contre le groupe", a déclaré dimanche soir à l'AFP Adnane Afrine, un porte-parole des FDS.

Près de 60 000 personnes ont été évacuées de la dernière poche jihadiste depuis décembre, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Et la bataille finale des forces antijihadistes pour donner le coup de grâce au "califat" proclamé il y a près de cinq ans par l'OEI, plusieurs fois retardée.

Si les combats au sol ont pratiquement cessé au cours de la semaine écoulée, les frappes aériennes ciblées se sont poursuivies par intermittence sur l'ultime bastion des jihadistes, situé dans la province orientale de Deir Ezzor.

Mais le délai accordé aux jihadistes pour se rendre a expiré, et les FDS ont repris dimanche leur assaut décisif. "Le délai que nous avons accordé aux jihadistes pour se rendre a pris fin, nos forces ont reçu l'ordre (...) d'asséner le coup de grâce aux jihadistes encore à Baghouz", avait peu auparavant prévenu le porte-parole des FDS, Mustafa Bali.

>> Voir notre reportage exclusif : "La prison ou la mort" pour les femmes jihadistes en Syrie

De nombreuses personnes probablement retenues

L'OEI empêcherait les derniers habitants de partir, selon Mustafa Bali, qui affirme que les FDS ont dépêché des camions aux abords du réduit jihadiste, espérant de nouvelles évacuations.

L'exode massif de civils la semaine dernière a surpris les FDS, suggérant la présence possible d'un nombre encore non négligeable de personnes retenues à l'intérieur de ce réduit désertique, au bord du fleuve Euphrate.

Selon l'analyste Mutlu Civiroglu, l'OEI joue la montre. Les jihadistes "décident du nombre de personnes qui vont partir", explique-t-il. "Ils sont probablement en train de préparer quelque chose, mais on ignore encore ce que c'est."

Les FDS ont réussi ces derniers jours à grignoter une partie du dernier carré jihadiste, soutenus dans les airs par la coalition internationale.

"Nous sommes seulement à quelques dizaines de mètres" des jihadistes, précise Ahmad al-Siyyan, un combattant FDS. "C'est le point le plus proche que nous contrôlons", ajoute ce combattant de 24 ans.

La défaite de l'organisation jihadiste à Baghouz signerait la fin territoriale de son "califat" mais le groupe a déjà entamé sa mue en organisation clandestine.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.