Accéder au contenu principal

Iran : dix ans de prison supplémentaires pour Nasrin Sotoudeh, avocate et militante

Nasrin Sotoudeh après sa libération le 18 septembre 2013, à la suite de trois années d'emprisonnement à Téhéran en Iran.
Nasrin Sotoudeh après sa libération le 18 septembre 2013, à la suite de trois années d'emprisonnement à Téhéran en Iran. Behrouz Mehri, AFP

L'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, militante des droits de l'Homme dans son pays, a été condamnée à dix ans de prison et 148 coups de fouet, a annoncé son mari. En France, l'Assemblée nationale lui a rendu hommage mercredi.

PUBLICITÉ

Célèbre militante des droits humains, l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh, qui purge une peine de prison de cinq ans de prison en Iran, a été condamnée à dix années d'emprisonnement supplémentaires et 148 coups de fouet. D’après l’époux de l'avocate, joint par France 24, ces peines sévères "visent à intimider les défenseurs des droits humains en Iran".

Son cas a été mentionné mercredi par les députés français qui lui ont consacré une ovation à l’Assemblée nationale. Le député LREM François Cormier-Bouligeon a lancé lors des questions au gouvernement "un cri de colère" au sujet du sort de cette avocate de 55 ans, lauréate du Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit en 2012, dénonçant sa condamnation au terme d'un procès "inique". Des députés de tout bord se sont alors levés pour applaudir la militante.

Son mari, Reza Khandan, avait averti la presse de cette nouvelle sentence mardi. Il a précisé qu’elle avait écopé de ces dix années de prison pour "incitation à la débauche". Son épouse, a-t-il ajouté, est poursuivie pour sept chefs d'accusation pour un total de 33 années de prison, mais "seule la peine [d'emprisonnement] la plus longue s'applique", en l'occurrence celle pour "incitation à la débauche".

À cela s'ajoute, selon lui, une condamnation à 148 coups de fouet liée notamment au fait que Nasrin Sotoudeh s'était présentée au tribunal par le passé sans le voile islamique, obligatoire pour les femmes dans l'espace public en Iran.

Confusion autour des accusations portées contre Nasrin Sotoudeh

Mardi, Reza Khandan a indiqué que son épouse s'était vu notifier ces nouvelles condamnations en prison. Selon Mohammad Moghimi, l'un de ses avocats, Nasrin Sotoudeh a décidé de ne pas se faire représenter au tribunal, estimant que les conditions d'"un procès équitable" n'étaient pas réunies. Il lui a été demandé de choisir son représentant parmi une liste d’avocats validés par les autorités, ce qu’elle a refusé de faire, a expliqué Reza Khandan à France 24.

L'affaire en cours inclut selon l’époux de l’avocate des poursuites pour "conspiration" et "propagande contre le système" politique de la République islamique, appartenance à une organisation de défense des droits humains interdite, participation à une campagne pour l'abolition progressive de la peine de mort en Iran ou encore "atteinte à l'ordre public".

Lundi, l'agence de presse iranienne Isna avait cité un juge du tribunal révolutionnaire de Téhéran selon qui Nasrin Sotoudeh avait été condamnée à un total de sept années de prison pour conspiration contre le système et "pour avoir insulté le guide" suprême iranien. Interrogé, Reza Khandan a déclaré ne pas savoir à quoi le juge faisait référence, son épouse n'étant pas, à sa connaissance, poursuivie pour insulte à l'ayatollah Ali Khamenei.

Paris prend la défense de Nasrin Sotoudeh

Récompensée en 2012 du Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, Nasrin Sotoudeh a passé trois ans en prison (2010-2013) après avoir défendu des opposants arrêtés lors de manifestations en 2009. Elle a aussi défendu plusieurs femmes arrêtées entre décembre 2017 et janvier 2018 pour avoir enlevé leur foulard en public afin de protester contre l'obligation faite aux femmes de porter le voile dans l'espace public.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits humains en Iran, Javaid Rehman, a fait état mardi d'une "inquiétude grandissante" sur le fait que "l'espace civil pour les avocats et défenseurs des droits humains est en train d'être réduit"."J'appelle le gouvernement à relâcher immédiatement tous les avocats emprisonnés pour avoir exercé leur métier de façon pacifique", a-t-il dit à des journalistes à Genève.

L'ONG Amnesty International a qualifié quant à elle "d'injustice scandaleuse" la nouvelle condamnation de Nasrin Sotoudeh, que les autorités iraniennes "punissent pour son action en faveur des droits humains".

En France, le porte-parole du Quai d'Orsay a rappelé dans un communiqué que Nasrin Sotoudeh avait été associée récemment par le président Emmanuel Macron "au Conseil consultatif pour l'égalité femmes-hommes du G7". Paris "réitère son attachement à la liberté d'opinion et d'expression et au droit de chacun à un procès équitable", ajoute le texte, qui "appelle l'Iran à respecter ses engagements internationaux en la matière".

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.