Accéder au contenu principal

L'actu en dessin : l'Algérie veut du sang neuf pour régénérer sa démocratie

Le dessinateur suisse Herrmann se moque du quiproquo permanent entre le pouvoir politique algérien et les manifestants.
Le dessinateur suisse Herrmann se moque du quiproquo permanent entre le pouvoir politique algérien et les manifestants. Herrmann, Cartooning for Peace

L'Algérie est depuis le 22 février le théâtre de manifestations contre le président Abdelaziz Bouteflika, qui souhaite rester au pouvoir malgré sa santé défaillante. Une actualité qui inspire Herrmann, de Cartooning for Peace.

PUBLICITÉ

Les Algériens sont à nouveau massivement descendus dans la rue vendredi 15 mars à Alger, jour hebdomadaire de contestation en Algérie, le premier depuis que le président a reporté l'élection présidentielle, prolongeant sine die son mandat au-delà de son terme prévu, le 28 avril.

Âgé de 82 ans, affaibli par les séquelles d'un AVC qui l'empêche de s'adresser aux Algériens depuis 2013 et rendent ses apparition publiques rares, Abdelaziz Bouteflika est la cible d'une contestation massive depuis le 22 février, jamais vue depuis son élection à la tête de l'État il y a 20 ans.

Gérald Herrmann, 61 ans, est dessinateur pour la Tribune de Genève. Il a croqué la situation politique actuelle en Algérie en se moquant du dialogue de sourds entre le pouvoir et les manifestants.

Cartooning for Peace est un réseau international de dessinateurs engagés à promouvoir, par l’universalité du dessin de presse, la liberté d’expression, les droits de l’Homme et le respect mutuel entre des populations de différentes cultures ou croyances.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.