Accéder au contenu principal
Reporters

Face au changement climatique, les nomades de Mongolie quittent les steppes

France 24

Ils sont surnommés "les empereurs des plaines". En Mongolie, les éleveurs nomades sont perçus comme les dignes héritiers de Gengis Khan. Mais depuis quelques années, le réchauffement climatique a des conséquences dramatiques sur leur mode de vie.

PUBLICITÉ

Les "dzuds", des hivers très vigoureux qui succèdent à des étés caniculaires, ont fait de terribles ravages. Dans la steppe, affaiblies par le froid et le manque de nourriture, les bêtes meurent les unes après les autres. Les nomades voient leur cheptel décimé et perdent leurs maigres sources de revenus.

L’hiver dernier, 700 000 bêtes auraient ainsi été tuées par la neige et le froid glacial. Un million d’autres avaient déjà péri l’année précédente.

Oulan-Bator saturée et polluée

Phénomène climatique occasionnel il y a 20 ans, les dzuds, sont désormais de plus en plus fréquents et inquiètent autant les climatologues que les autorités du pays. Car pour ne plus avoir à subir ces conditions extrêmes, de plus en plus de nomades démontent leur yourte et abandonnent l’immensité de la steppe pour s’installer à Oulan-Bator.

Mais dans la capitale, les conditions de vie sont dures. Les anciens nomades découvrent la pauvreté, le manque d’eau, d’électricité, la pollution. Et face à cet exode massif, la place manque dans une ville qui n'est pas adaptée à un tel afflux de population. Aujourd’hui, Oulan-Bator compte plus de 1,5 million de résidents, soit la moitié de la population du pays.

Des nombreux nomades ont installé leur yourte à Oulan-Bator et se chauffent au charbon durant les rudes hivers mongols, ce qui génère une forte pollution. Antoine Védeilhé, Angélique Forget, France 24
Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.