Accéder au contenu principal

"Gilets jaunes": "Aucune hypothèse ne doit être écartée" pour rétablir l'ordre (Bas, LR)

2 mn
Publicité

Paris (AFP)

Philippe Bas, le président (LR) de la commission des Lois du Sénat, a estimé lundi qu'"aucune hypothèse ne doit être écartée" pour sortir de la "routine de la violence", à la veille de l'audition de Christophe Castaner et de Bruno Le Maire.

Les ministres de l'Intérieur et de l'Economie devront s'expliquer mardi devant les commissions des Lois et des Affaires économiques du Sénat sur les violences qui ont émaillé l'acte 18 des "gilets jaunes", samedi à Paris.

"Nous voulons savoir (...) ce qu'ils sont maintenant décidés à faire pour mettre fin à cette situation si répétitive", a expliqué sur BFMTV le sénateur, dénonçant "une espèce de routine des actes de vandalisme et de désordre en marge des manifestation des +gilets jaunes+".

Interrogé sur une éventuelle interdiction de manifester sur les Champs-Élysées ou la possibilité de rétablir l'état d'urgence, M. Bas a répondu: "aucune hypothèse ne peut être écartée, tout doit être mis sur la table".

"C'est très important que le gouvernement n'exclue aucune hypothèse, il doit mettre le poing sur la table maintenant et il a une palette de moyens juridiques et matériels qu'il faut absolument qu'il mobilise", a-t-il insisté.

Ereinté par l'opposition, l'exécutif promet de nouvelles mesures sécuritaires dès lundi pour pallier les "dysfonctionnements" apparus lors du saccage samedi des Champs-Elysées qui a relancé la crise des "gilets jaunes" dont Emmanuel Macron voulait sortir par le grand débat.

Edouard Philippe sera à l'Elysée ce lundi à 11H30 avec le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d'Etat Laurent Nunes, ainsi que la garde des Sceaux Nicole Belloubet.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.