Accéder au contenu principal

Coup d'envoi de la semaine de la langue française et de la Francophonie

Le ministre de la Culture Franck Riester lors du lancement de la semaine de la langue française et de la Francophonie au siège de France Médias Monde, le 18 mars 2019.
Le ministre de la Culture Franck Riester lors du lancement de la semaine de la langue française et de la Francophonie au siège de France Médias Monde, le 18 mars 2019. France 24

La semaine de la langue française et de la Francophonie a été officiellement lancée, lundi 18 mars, par le ministre de la Culture Franck Riester. Près de 1 500 événements sont programmés en France et à l’étranger jusqu’au 24 mars.

PUBLICITÉ

Le ministre de la Culture Franck Riester a officiellement lancé, lundi 18 mars, depuis le siège de France Médias Monde (FMM), la Semaine de la langue française et de la Francophonie 2019, à l’occasion de la première session de travail des finalistes du concours "Stop aux infox !".

"Mon engagement est total, aux côtés du président de la République, qui a fait de la Francophonie et de la défense de la langue française une priorité de son mandat. Nous sommes tous mobilisés avec les acteurs de la Francophonie partout dans le monde pour que notre langue continue à être aimée et à jouer un rôle majeur dans le rayonnement de la France et de nos valeurs communes avec tous les francophones", a déclaré le ministre de la Culture lors de son discours.

Le français, parlé par 300 millions de personnes dans le monde, est la cinquième langue la plus parlée, sur les cinq continents, et la deuxième enseignée comme langue étrangère – apprise par 50 millions d’individus sur le globe.

Organisée depuis plus de 24 ans, chaque année autour du 20 mars, date de la Journée internationale de la Francophonie, la Semaine de la langue française et de la Francophonie est placée en 2019 sous le signe des "métamorphoses de l’écriture". Près de 1 500 événements, des colloques, des ateliers et des remises de prix, organisés sur le territoire français et à l’étranger se pencheront sur cette thématique jusqu’au 24 mars. "La langue française a besoin de projets, de ressources, de femmes et d'hommes qui unissent leurs volontés et leur talents pour faire vivre notre langue dans toute sa diversité", a affirmé le ministre.

Le parrain de cette édition 2019, l’auteur Riad Sattouf, né en 1978 à Paris d'un père syrien et d'une mère française s’est dit très heureux et honoré de participer à cet événement "pour rendre hommage à la beauté, à la richesse, à la diversité et à la vitalité de notre langue commune". Celui qui fait partie du cercle des auteurs de bandes dessinées les plus lus en France a confié que son apprentissage du français s’est fait en Syrie, grâce à des livres envoyés par sa grand-mère bretonne. "Le français était pour moi la langue de l’imaginaire, des aventures, de la description du monde, de l’ouverture sur le monde et du questionnement", a poursuivi l’auteur de "L’Arabe du futur".

La lutte contre la désinformation et les infox, "un enjeu démocratique"

Organisée par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF, ministère de la Culture) et l’Union francophone, la première édition du concours "Stop aux infox !" s’adresse précisément aux jeunes talents francophones de la publicité. Les lauréats, issus de 11 pays différents, ont été sélectionnés à l’issue d’un appel à candidatures. Ils ont été invités en France du 18 au 20 mars pour travailler à la réalisation d’une campagne de sensibilisation innovante contre les infox, un néologisme forgé à partir des mots "information" et "intoxication".

Les infox "sont un enjeu majeur, car ils sont un fléau, voire quasiment une arme de guerre", a lancé de son côté Marie-Christine Saragosse, PDG de FMM, le groupe (dont fait partie France 24) présent dans plus de 180 pays dans le monde et partenaire du concours "Stop aux infox !".

"Ce concours est un bel exercice autour de notre langue française qu’il faut défendre car elle est menacée, c’est un vrai combat, a ajouté Franck Riester qui a rencontré les candidats francophones du Concours des jeunes talents de la publicité. À travers cet enjeu démocratique qui est la lutte contre la désinformation et les infox, le fait de montrer qu’il y a un nouveau mot, infox, qui a été réfléchi et validé, et qui doit maintenant être utilisé partout, prouve que cette langue est vivante et sait s’adapter."

Interrogée par France 24, Yasmine Mahdi, l’une des 14 jeunes talents invités en France, explique que ce concours représente un enjeu personnel, mais également un enjeu pour son entreprise et son pays. "Je viens d’Algérie, précise la jeune directrice artistique, et la période trouble que traverse actuellement le pays montre justement le danger que peuvent constituer les infox, un mot facile à décomposer et à comprendre par tous, qui circulent énormément en ce moment."

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.