Accéder au contenu principal

L’accélérationnisme, l’autre idéologie invoquée par le terroriste de Christchurch

L'attentat de Christchurch a fait 50 morts en Nouvelle-Zélande.
L'attentat de Christchurch a fait 50 morts en Nouvelle-Zélande. Tessa Burrows, AFP

Le manifeste publié par l’auteur de l’attentat de Christchurch en Nouvelle-Zélande et le forum qu’il fréquentait font référence à l’accélérationnisme. Un courant de pensée né à gauche, et mal compris par ces extrémistes.

PUBLICITÉ

L'influence de la théorie raciste du "grand remplacement" sur l'auteur de la tuerie dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande, qui a fait 50 morts vendredi 15 mars, a fait couler beaucoup d'encre. Mais sur le forum 8chan – où le jeune Australien était très actif –, un autre terme revient très souvent : l'accélérationnisme. Un concept que le terroriste a lui aussi utilisé dans son manifeste pour justifier son acte. Il l'invoque pour affirmer qu'il faut multiplier les actes violents pour "accélérer la radicalisation de la société" et ainsi aboutir à son grand dessein d'affrontement culturel.

"L'accélérationnisme est la clé", "Petite introduction philosophique à l'accélérationnisme", "Accélérationnisme : le grand débat" : difficile d'échapper à une référence à ce courant de pensée entre deux messages islamophobes ou de soutien au terroriste. Ce dernier consacre même un chapitre de son manifeste – "Déstabilisation et accélérationnisme : les clés de la victoire" – à cette idéologie. Sur certains sites complotistes d'extrême-droite, l'auteur de la fusillade est même présenté comme "un accélérationniste" avant tout.

De la gauche à l'extrême-droite

"C'est, à ma connaissance, la première fois que cette théorie est invoquée en rapport avec un acte violent", note Benjamin Noys, professeur de théorie critique à l'université de Chichester (sud de l'Angleterre) et spécialiste de l'accélérationnisme. Mais pour les experts joints par France 24, c'est une version dévoyée de cette idéologie que le terroriste et les extrémistes de 8Chan invoquent pour nourrir leur haine des musulmans. Ils semblent avoir compris le concept de travers.

L'accélérationnisme est, à l'origine, un courant de pensée né à la gauche de la gauche. Il est exposé dans un manifeste très court publié sur Internet en 2013 par deux doctorants britanniques, Alex Williams et Nick Srnicek, qui affirment que pour arriver à une société post-capitaliste, plus égalitaire et d'inspiration marxiste, il faut pousser la logique de marché et de l'innovation technologique jusqu'au bout. Le progrès technologique doit, à leurs yeux, permettre aux humains de s'affranchir de la nécessité de travailler.

"C'est une critique de la pensée de gauche traditionnelle, qui est plutôt décélérationniste [décroissance, etc.]. Eux affirment qu'une pensée radicale de gauche est accélérationniste car elle peut mener à ce que le système s'écroule", explique Nathanaël Wallenhorst, maître de conférence à l'université catholique de l'Ouest, contacté par France 24.

Difficile de trouver dans ce texte une base idéologique au massacre de 50 musulmans dans deux mosquées. "Il n'y a absolument aucun appel à la violence dans le manifeste", confirme Nathanaël Wallenhorst. Le seul attrait de ce texte pour les extrémistes de 8Chan réside dans le fait que l'on "perçoit dans le Manifeste accélérationniste que, d’une certaine façon, la fin justifie les moyens ", remarque le chercheur français.

Mais en parallèle, une version très à droite de l'accélérationnisme se développe sous l'impulsion de Nick Land, un ancien professeur de philosophie à l'université de Warwick (à Coventry, au centre de l'Angleterre). Il appelle à "l'accélération du capitalisme jusqu'à son stade fasciste", résume Benjamin Noys. Nick Land et ses disciples de l'alt-right prônent "le démantèlement de toute forme de contrôle de l'État pour laisser les forces du marchés seules à l'œuvre", explique le chercheur britannique. Sous sa vision droitière, l'accélérationnisme revient à instaurer un libéralisme poussé à l'extrême.

Cette théorie s'applique aussi bien à la consommation de drogue – qui doit être totalement légalisée – qu'à l'innovation technologique qui ne doit pas être entravée. Un projet politique qui vise l'avènement d'une "nouvelle société dominée par une ‘techno-élite' et dans laquelle le reste de l'humanité serait réduit à une sorte de servitude moderne", note Benjamin Noys. Cette vision du monde a valu à Nick Land certains "adeptes parmi les milliardaires de la Silicon Valley", souligne l'expert britannique.

"Vision complètement tronquée de l'accélérationnisme"

Sa théorie a aussi une composante raciste à même de satisfaire les délires des habitués de forums comme 8Chan. Nick Land explique, en effet, que "l'égalitarisme [entre les races] est un concept imposé par l'État et que son démantèlement permettra de mettre fin à ce 'mythe'", explique Benjamin Noys.

Mais là encore, l'accélérationnisme de droite ne prône pas la violence pour atteindre ses objectifs. Le manifeste du terroriste australien "est une vision complètement tronquée de ce courant de pensée", résume Nathanaël Wallenhorst. Pour l'auteur de la tuerie, l'accélérationnisme se résume à appeler à la multiplication des "actes violents pour accélérer la radicalisation de la société".

En réalité, estime Benjamin Noys, ce n'est même pas de l'accélérationnisme de comptoir, c'est simplement utiliser un nouveau mot, vaguement à la mode dans les milieux d'extrême-droite, pour désigner des méthodes utilisées depuis longtemps par les terroristes d'extrême-droite. Comme Timothy McVeigh, l'auteur des attentats à Oklahoma City en 1995. Pour le chercheur britannique, la même démarche est à l'œuvre : "effectuer un acte choquant dans l'espoir que d'autres l'imiteront".

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.