Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Au Mozambique, "des enfants jetés dans les bras des travailleurs humanitaires"

Dans ce centre de la ville de Beira, la moitié des 200 personnes qui arrivent chaque jour sont des enfants.
Dans ce centre de la ville de Beira, la moitié des 200 personnes qui arrivent chaque jour sont des enfants. Capture d'acran France 24

Alors que des milliers de rescapés du cyclone Idai sont dans une situation critique, nos journalistes se sont rendus dans un centre accueillant des enfants à Beira, au Mozambique. Le bilan provisoire fait état de plusieurs centaines de morts.

PUBLICITÉ

Le cyclone Idai, qui a balayé la semaine dernière le Mozambique puis le Zimbabwe, a fait près de 293 morts selon l’ONU, qui a prévenu, samedi 23 mars, qu'aucun bilan définitif ne pourra être dressé avant la décrue. Pour l'heure, les autorités du Mozambique avancent, de leur côté, 417 morts. La catastrophe a affecté des centaines de milliers de personnes.

Nos envoyés spéciaux Caroline Dumay et Stefan Carstens se sont rendus dans un centre de Beira, au Mozambique, où sont recueillis des enfants qui ont été séparés de leurs parents pendant les inondations. Certains ont été jetés dans les bras des travailleurs humanitaires par des mères désespérées.

Sur place, la directrice de l’Unicef, Henrietta Fore, évalue la situation. "On sait maintenant qu’il nous faut au moins 30 millions de dollars pour trois pays : le Malawi, le Mozambique et le Zimbabwe", a-t-elle confié à nos journalistes. Chaque jour, plus de 200 personnes arrivent dans ce centre, dont la moitié sont des enfants.

Une goutte d’eau dans l’océan car les autorités du Mozambique estiment qu’il reste 15 000 familles à secourir.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.