Accéder au contenu principal

Israël envoie des renforts autour de Gaza après un tir de roquette

Maison détruite par une roquette à Mishmeret, au nord de Tel Aviv, le 25 mars 2019.
Maison détruite par une roquette à Mishmeret, au nord de Tel Aviv, le 25 mars 2019. Jack Guez, AFP

Le Hamas dément être à l'origine de la roquette qui a frappé lundi une maison à Mishmeret, au nord de Tel Aviv, tandis que l'armée israélienne envoie des renforts autour de Gaza. Benjamin Netanyahou va écourter sa visite aux États-Unis.

PUBLICITÉ

En Israël, une roquette a frappé dans la nuit de dimanche à lundi une maison à Mishmeret, au nord de Tel Aviv, à plus de 80 km de la bande de Gaza, une distance rarement atteinte par les tirs depuis l'enclave palestinienne. La roquette a provoqué un incendie qui a fait au moins cinq blessés, ont indiqué la police et les secours.

Des renforts militaires sont d'ores et déjà prévus autour de la bande de Gaza. "À la suite d'une évaluation de la situation sous la direction du chef d'état-major, nous avons envoyé deux brigades en renfort dans la zone de commandement sud", a annoncé l'armée israélienne sur Twitter. Elle a également précisé qu'elle rappelait des réservistes pour des tâches spécifiques, sans en préciser le nombre.

Le Hamas et le Jihad islamique, son allié et autre mouvement islamiste, ont démenti être à l'origine des tirs en direction de Tel Aviv, laissant supposer que ceux-ci pourraient être le fait de groupes rivaux ou dissidents. L'armée israélienne a ensuite assuré que le coupable était bien le Hamas et écrit sur Twitter : "Nous pouvons confirmer que le Hamas est responsable du tir de roquette." Elle a ajouté que la roquette était partie du sud du territoire palestinien et avait parcouru environ 120 kilomètres.

De son côté, la presse israélienne estime que les roquettes de type Fajr pourraient être parties malencontreusement en direction de Tel Aviv lors d'une intervention de maintenance.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou était au moment de la frappe à Washington, où il doit rencontrer lundi le président américain Donald Trump. Le chef du gouvernement israélien a annoncé qu'il écourterait sa visite aux États-Unis. Benjamin Netanyahou est par ailleurs en campagne électorale pour conserver son poste à l'issue des législatives prévues le 9 avril.

Plus de 250 habitants de Gaza tués en un an

Le tir de cette roquette lundi survient après le tir de deux roquettes en direction de la région de Tel Aviv à partir de la bande de Gaza le 14 mars. Aucun blessé n'avait été rapporté. En représailles, Israël avait conduit une centaine de frappes contre des positions du Hamas, dont un important site souterrain de fabrication de roquettes, selon l'armée. Quatre Palestiniens avaient été blessés lors de ces frappes.

Une trêve informelle entre le Hamas et Israël avait entraîné un calme relatif le long de la frontière, mais les dernières semaines ont été marquées par une nouvelle hausse de la violence. L'armée israélienne répondant systématiquement à ce genre d'attaque, ce nouveau tir de roquette lundi devrait attiser les tensions déjà vives avec les Palestiniens.

D'autant que ce regain de tension intervient à quelques jours du 30 mars, date marquant le premier anniversaire du début des manifestations et des affrontements palestiniens le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Depuis mars 2018, au moins 258 Gazaouis ont été tués par des tirs israéliens.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.