Accéder au contenu principal

Européennes: Hamon saisit la justice pour participer au débat de France 2

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Le candidat de Générations pour les européennes, Benoît Hamon, a annoncé avoir saisi la justice administrative mercredi pour contraindre France 2 à l'inviter à son débat sur les européennes du 4 avril.

Son avocat Me Philippe Bluteau a saisi le tribunal administratif de Paris en référé-liberté, arguant de l'atteinte à une "liberté fondamentale" commise par France 2, en l'espèce "le respect du principe du caractère pluraliste de l'expression des courants de pensée et d'opinion", et de l'obligation pour la chaîne publique d'une "égalité de traitement" entre les candidats.

M. Hamon et son défenseur affirment dans une note que rien ne justifie que M. Hamon ne soit pas invité, notamment au regard de la situation du candidat du PCF Ian Brossat et celui de l'UDI Jean-Christophe Lagarde.

Ainsi la liste Générations est-elle "créditée de deux fois plus d'intentions de vote que la liste du PCF et la liste de l'UDI (4% dans l'étude IPSOS de mars 2019 portant sur 10.000 électeurs, contre 2% pour ces deux autres listes)".

De plus, le PCF ne compte "que deux députés européens sortants dans ses rangs et l'UDI aucun, au lieu de trois" pour Générations.

Enfin, Benoît Hamon est "la personnalité la plus populaire parmi l'ensemble des candidats tête de liste à l'élection du 26 mai", en recueillant par exemple l'adhésion de 21% des électeurs dans une étude Odoxa du 26 mars.

France 2 a annoncé le 18 mars que neuf candidats seraient invités à son débat du 4 avril: Manon Aubry (LFI), Jordan Bardella (RN), François-Xavier Bellamy (LR), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), Raphaël Glucksmann (liste commune Place publique-PS), Yannick Jadot (EELV) et Nathalie Loiseau (LREM), ainsi donc que MM. Brossat et Lagarde, repêchés après avoir été écartés.

Dans un courrier adressé aux militants de Générations qui l'ont interpellée, et publié par le parti sur Twitter mercredi, la chaîne répond avoir tenu compte de la représentation des différents partis au Parlement européen et au Parlement français, des intentions de vote et de "l'exigence de pluralisme dans l'exposition des courants de pensée politique".

"En effet le courant de pensée PS incarné par Benoît Hamon à la présidentielle en 2017 est représenté par la liste commune PP-PS", argue l'auteur du courrier.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.