Commerce: discussions "franches" à Pékin avant un nouveau "round" à Washington

Washington (AFP) –

Publicité

Les discussions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, qui se sont achevées vendredi à Pékin, ont été "franches et constructives", selon la Maison Blanche, avant une nouvelle session à Washington la semaine prochaine pour tenter de mettre fin aux différends entre les deux pays.

"Les deux parties ont continué à faire des progrès au cours de discussions franches et constructives sur les négociations et les importantes étapes à suivre", a souligné la Maison Blanche dans un bref communiqué.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin avait déjà tweeté un message faisant état de "discussions constructives". En revanche, la Maison Blanche a ajouté le qualificatif "franches". En général, cet adjectif est utilisé par les diplomates pour signifier que les différends restent marqués.

Ni la Maison Blanche ni M. Mnuchin n'ont donné de détail sur le contenu des pourparlers, mais les deux ont salué la tenue d'un nouveau "round" de négociations dans la capitale américaine la semaine prochaine. La délégation chinoise sera menée par Liu He, véritable chef d'orchestre de l'économie chinoise et négociateur en chef.

Le scénario des rencontres, alternativement à Pékin et Washington, est bien rodé depuis le début de cette année avec la reprise de véritables négociations entre la première et la deuxième économie du monde. Il s'agit de tenter de mettre fin à la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump pour forcer Pékin à réformer des pratiques qu'il juge "déloyales".

Mais les deux pays tardent à sceller un accord.

Le conflit s'est matérialisé par des droits de douane punitifs réciproques sur des centaines de milliards de dollars de marchandises.

La délégation américaine avait été accueillie vendredi en début de journée par Liu He, à la résidence diplomatique de Diaoyutai, un parc arboré de Pékin, dans une ambiance détendue avec sourires et échanges d'amabilités devant des photographes.

Les deux délégations avaient eu la veille des premiers échanges autour d'un dîner de travail, dont rien n'a filtré, mis à part un commentaire évasif de M. Mnuchin: "nous avons eu un dîner très productif hier soir".

Outre un rééquilibrage des échanges de biens --un déficit record de 419 milliards de dollars en 2018-- Washington réclame des changements "structurels" du système économique chinois, toujours dominé par des groupes publics subventionnés par l'Etat. Mais les divergences persistent.

"Certains progrès ont été réalisés mais il reste une énorme quantité de travail à accomplir" pour trouver un compromis, avait concédé jeudi Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce.

L'administration du président Trump espère également aplanir les différends sur la volonté du régime communiste de faire du pays un leader technologique en protégeant certaines entreprises via l'ambitieux programme "Made in China 2025".

- Jouer la montre -

Mais Washington semble prêt à jouer la montre.

"Nous nous rapprochons (d'un accord) mais nous n'y sommes pas encore", avait déclaré jeudi Larry Kudlow, l'un des principaux conseillers économiques de Donald Trump. "Ce n'est pas une question de temps, c'est une question de politique et de mise en oeuvre", a-t-il souligné, laissant entendre que Washington avait le temps d'attendre "plusieurs semaines ou plusieurs mois".

La semaine dernière, le locataire de la Maison Blanche, qui aime répéter que les négociations se passent bien, avait néanmoins averti que les tarifs douaniers punitifs qu'il a instaurés pourraient rester "en place pour une période conséquente".

Le président américain veut maintenir ces taxes sur plus de 250 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis parce qu'il veut "être sûr" si un accord est conclu avec la Chine "que celle-ci le respectera".

Les Américains insistent beaucoup sur un mécanisme de suivi de la mise en oeuvre d'un futur accord, M. Trump, et certains de ses proches conseillers étant très sceptiques sur la volonté de Pékin de tenir ses engagements.