Accéder au contenu principal
FRANCE

Jean-Yves Le Drian : "Si on se fait passer pour moi, on va en prison"

Jean-Yves Le Drian était de passage à New York vendredi 29 mars 2019, alors que la France préside jusqu’à dimanche soir le Conseil de sécurité de l’ONU.
Jean-Yves Le Drian était de passage à New York vendredi 29 mars 2019, alors que la France préside jusqu’à dimanche soir le Conseil de sécurité de l’ONU. Carlo Allegri, Reuters
3 mn

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a réagi vendredi après l'arrestation fin février en Israël de trois personnes accusées d'avoir usurpé son identité pour escroquer des Français de plusieurs millions d'euros.

Publicité

"On ne peut pas se faire passer pour moi. Si on se fait passer pour moi, on va en prison." Pour la première fois, Jean-Yves Le Drian a réagi après l'arrestation de trois hommes accusés de s’être fait passer pour lui afin de voler quelque 8 millions d’euros à un chef d’entreprise.

Les trois Franco-Israéliens âgés de 37 à 47 ans ont été interpellés en février à Netanya, dans la banlieue de Tel Aviv en Israël. Les faussaires se faisaient passer pour le ministre français des Affaires étrangères au téléphone, par courriel ou dans des discussions Skype afin de demander de l’argent à des hommes d’affaires et des dirigeants du Cac 40. À chaque fois, le scénario était identique : une demande d’argent non officielle afin de payer des rançons pour des otages aux mains d’islamistes au Mali ou en Syrie.

"Ils ont même fait un masque avec mon visage", a plaisanté le chef de la diplomatie française. Pour donner aux conversations vidéo encore plus de réalisme, les faussaires avaient également reconstitué en Israël le bureau du ministre avec le drapeau tricolore et un portrait d’Emmanuel Macron. "Ils étaient assez fort. [...] Si vous regardez des films, c'est impressionnant", a ajouté le ministre, de passage à New York, alors que la France préside jusqu’à dimanche soir le Conseil de sécurité de l’ONU.

L'usurpation d'identité a fonctionné avec un chef d’entreprise qui a versé quelque 8 millions d’euros avant de réaliser avoir été victime d’une arnaque. Prévenue, la police française a travaillé avec des enquêteurs israéliens pour localiser les suspects. Ces derniers ont été interpellés alors qu’ils avaient convaincu une nouvelle victime potentielle de verser 2 millions d’euros.

Les trois hommes interpellés ont reconnu les faits. Ils devraient être jugés en Israël.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.