Accéder au contenu principal

En Libye, le maréchal Haftar ordonne à ses troupes "d'avancer et d'entrer" dans Tripoli

Les forces de Khalifa Haftar patrouillent dans la ville de Sebha, au sud de la Libye, début février.
Les forces de Khalifa Haftar patrouillent dans la ville de Sebha, au sud de la Libye, début février. AFP

Dans un enregistrement diffusé sur Facebook, le maréchal Haftar, chef de l'armée nationale libyenne, a ordonné, jeudi, à ses troupes de marcher sur Tripoli. La communauté internationale appelle à faire baisser "immédiatement" la tension.

PUBLICITÉ

Le maréchal Khalifa Haftar a ordonné, jeudi 4 avril, à ses troupes "d'avancer" et "d'entrer" dans la capitale de la Libye, Tripoli, siège du gouvernement d'union nationale (GNA).  "L'heure a sonné", a-t-il déclaré dans un audio diffusé sur la page Facebook du "bureau des médias" de l'Armée nationale libyenne (ANL), autoproclamée par le maréchal Haftar.

>> À relire : En Libye, le maréchal Khalifa Haftar avance ses pions au pas de charge

L'homme fort de l'est libyen a par ailleurs promis d'épargner les civils, les "institutions de l'État" et les ressortissants étrangers.

Le spectre d'un nouvel embrasement en Libye a refait surface mercredi soir, après l'annonce, par les forces pro-Haftar, de la préparation d'une offensive pour "purger l'ouest" libyen "des terroristes et des mercenaires", sans identifier davantage leurs cibles.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est divisée en deux : l'ouest, contrôlé par le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, dont le siège est à Tripoli et l'est, dirigé par un gouvernement parallèle, soutenu par le maréchal Haftar et ses troupes

Le gouvernement se dit prêt à "faire face à toute menace"

Du côté du gouvernement internationalement reconnu (GNA), le Premier ministre, Fayez al-Sarraj, a donné mercredi soir l'ordre aux forces qui le soutiennent de se tenir prêtes pour "faire face à toute menace". En réponse, des puissants groupes armés de la ville de Misrata (ouest), loyaux au GNA, se sont dits "prêts à stopper l'avancée maudite" des troupes du maréchal Haftar.

>> À revoir : "En Libye, on peut faire taire les canons, pas les confisquer"

Aux yeux de certains diplomates, cette percée de l'ANL est avant tout une campagne psychologique destinée à faire pression sur Sarraj afin qu'il conclue un accord de partage du pouvoir, pour permettre à Haftar de devenir commandant de l'armée nationale.

La communauté internationale a fait part, ces dernières heures, de son inquiétude face au risque "d'escalade" et de "confrontation". La France, l’Italie, le Royaume-Uni, les États-Unis et les Émirats arabes unis appellent à une "désescalade immédiate" des tensions. Pour eux, il n'existe pas de solution militaire au conflit libyen.

"En ce moment délicat de la transition en Libye, les gesticulations militaires et les menaces d'actions unilatérales risquent seulement de replonger la Libye dans le chaos", ont affirmé les gouvernements de ces pays dans un communiqué commun diffusé par le département d'État américain.

"J'appelle au calme et à la retenue alors que je me prépare à rencontrer les dirigeants libyens", a clamé quant à lui dans la matinée sur Twitter le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qui se trouve actuellement à Tripoli. Il n'existe "pas de solution militaire", a-t-il réaffirmé.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.