Accéder au contenu principal

Khashoggi: Pompeo privé d'un prix prestigieux en raison de l'attitude américaine

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 4 avril 2019 à Washington
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, le 4 avril 2019 à Washington AFP
Publicité

Washington (AFP)

La Fondation James Foley, du nom d'un journaliste américain tué par le groupe Etat islamique, a décidé à la dernière minute de ne pas décerner un prestigieux prix au secrétaire d'Etat Mike Pompeo, invoquant l'attitude de Washington face au meurtre de Jamal Khashoggi.

Le chef de la diplomatie des Etats-Unis avait initialement été choisi pour recevoir le prix attribué chaque année à un éminent défenseur de la cause des otages.

Mais la fondation, créée par la mère de James Foley, décapité en Syrie en 2014 après avoir été otage du groupe jihadiste, a changé d'avis et a même retiré son invitation à l'intéressé pour la soirée du 2 avril.

Ces derniers jours, des médias, ainsi que Mike Pompeo lui-même, ont rapporté que cette volte-face était liée à des pressions.

"Il semble que certains médias qui financent l'événement, des sponsors de l'événement, ont dit +si Pompeo est là, nous ne venons pas+", a dit le secrétaire d'Etat vendredi sur la chaîne Fox News. "C'est triste", "le retour de nos otages n'est pas une question partisane", a-t-il plaidé.

Dans un communiqué également publié vendredi, la fondation a livré une autre version. Elle affirme avoir changé d'avis car "l'administration n'a pas fait pression pour que le gouvernement saoudien rende vraiment des comptes pour le meurtre brutal du journaliste Jamal Khashoggi".

L'ex-chroniqueur au Washington Post a été tué en octobre par un commando d'agents venus de Ryad dans le consulat d'Arabie saoudite en Turquie. Alors que les sénateurs américains, après avoir eu accès à un compte-rendu de la CIA, ont unanimement dénoncé la responsabilité du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, l'administration de Donald Trump, Mike Pompeo en tête, a estimé ne pas avoir assez d'éléments pour le mettre directement en cause.

"En plus de l'action pour le retour des otages américains retenus à l'étranger, la protection de la liberté d'expression et la promotion de la sécurité des journalistes sont des piliers de notre fondation, et cette récompense aurait été en conflit avec ces principes-clés", a expliqué la Fondation James Foley dans son communiqué.

Elle remercie néanmoins Mike Pompeo "pour ses efforts extraordinaires pour ramener des Américains à la maison". Sous la présidence Trump, plusieurs Américains otages ou détenus à l'étranger dans des conditions jugées injustes par Washington ont été ramenés aux Etats-Unis, notamment depuis la Turquie, la Corée du Nord ou le Yémen.

Le prix initialement prévu pour le secrétaire d'Etat a finalement été décerné cette semaine à l'ex-émissaire américain pour la lutte contre le groupe Etat islamique, Brett McGurk, qui a démissionné en décembre pour protester contre le retrait américain de Syrie annoncé par Donald Trump.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.