Accéder au contenu principal

Offensive en Libye : le G7 décidé à maintenir la pression sur le maréchal Khalifa Haftar

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le maréchal Khalifa Haftar, dans la base militaire de Rajma, le 5 avril 2019.
Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le maréchal Khalifa Haftar, dans la base militaire de Rajma, le 5 avril 2019. LNA War Information Division, AFP

Réunis à Dinard, en France, les chefs de la diplomatie des pays du G7 se sont mis d'accord pour accroître la pression sur les forces du maréchal Khalifa Haftar, pour qu'elles stoppent leur offensive sur la capitale Tripoli.

PUBLICITÉ

La communauté internationale multiplie depuis vendredi 5 avril les appels aux forces du maréchal Khalifa Haftar pour qu'elles cessent leur offensive vers Tripoli, au moment où des combats au sud de la capitale libyenne avec le gouvernement de Fayez al-Sarraj font craindre un nouvel embrasement.

"Nous sommes convenus d'utiliser toutes les possibilités à notre disposition pour exercer de la pression sur les responsables en Libye, en particulier le maréchal Khalifa Haftar, afin d'éviter toute nouvelle escalade", a déclaré Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, depuis Dinard où se sont réunis les chefs de la diplomatie des sept pays les plus industrialisés (G7).

Le Conseil de sécurité de l'ONU, convoqué en urgence vendredi, a pour sa part appelé l'Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar, qui a entrepris de marcher vers la capitale, "à interrompre tous les mouvements militaires".

Au lendemain d'une rencontre à Tripoli avec le chef du gouvernement d'union nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a rencontré vendredi le maréchal Haftar à Benghazi, dans l’est du pays. "Je quitte la Libye avec une profonde inquiétude et un cœur lourd", a ensuite déclaré le patron de l'ONU à l'aéroport, "espérant toujours possible d'éviter une confrontation sanglante à Tripoli et ses environs".

Samedi, l'ANL du maréchal Haftar a dit avoir été la cible d'un raid aérien contre ses forces, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tripoli. "Nous dénonçons fermement le raid aérien dans la région d'Al-Aziziya" par un avion ayant décollé de Misrata (ouest), a déclaré l'ANL par l'intermédiaire de son bureau de communication.

Depuis la chute en 2011 du régime Kadhafi, cet État pétrolier d'Afrique du Nord est plongé dans le chaos avec la présence de nombreuses milices ainsi que deux autorités rivales qui se disputent le pouvoir : le GNA dans l'Ouest, reconnu par la communauté internationale, et l'ANL de Khalifa Haftar dans l'Est.

>> À voir : "En Libye, on peut faire taire les canons, pas les confisquer"

Jeudi, Khalifa Haftar avait ordonné à ses forces d'"avancer" en direction de Tripoli. "L'heure a sonné", avait-il déclaré dans un message audio, promettant d'épargner les civils, les "institutions de l'État" et les ressortissants étrangers. La force de protection de Tripoli, une coalition de milices fidèles au GNA, a aussitôt annoncé une contre-offensive, et de puissants groupes armés de la ville occidentale de Misrata se sont dits "prêts à stopper l'avancée maudite" des pro-Haftar.

Les forces du maréchal Khalifa Haftar ont annoncé vendredi la prise de plusieurs localités situées aux portes de Tripoli. Des combats se déroulaient par ailleurs autour de l'ancien aéroport international de Tripoli, situé à Kasr ben Ghashir, à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale, et délaissé depuis qu'il a été en grande partie détruit dans de violents affrontements entre milices rivales en 2014.

Un porte-parole de l'ANL a annoncé que celle-ci s'était emparée de l'aéroport à la tombée de la nuit. Le gouvernement de Tripoli dit pour sa part en avoir gardé le contrôle.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.