Accéder au contenu principal

En Turquie, l'AKP d'Erdogan réclame un recomptage de tous les votes à Istanbul

À Istanbul, des affiches de campagne du parti AKP pour les élections municipales, le 1er avril 2019.
À Istanbul, des affiches de campagne du parti AKP pour les élections municipales, le 1er avril 2019. Murad Sezer, Reuters

Le parti du président turc Recep Tayyip Erdogan va demander le recomptage de la totalité des bulletins de vote exprimés à Istanbul lors des élections municipales du 31 mars qui ont donné gagnant le candidat de l'opposition.

PUBLICITÉ

Un haut responsable du Parti de la justice et du développement (AKP), principale force politique en Turquie, fondée par le président Recep Tayyip Erdogan, a déclaré dimanche que sa formation allait demander un réexamen de tous les bulletins de vote à Istanbul. Lors de l’élection municipale du 31 mars, les résultats préliminaires pour cette ville ont accordé la victoire au Parti républicain du peuple (CHP), d’opposition.

Le vice-président de l’AKP, Ali Ihsan Yavuz, a indiqué qu'une demande avait été déposée samedi auprès du Haut-comité électoral (YSK) pour le recomptage des voix dans l'un des 39 districts d'Istanbul. "Aujourd'hui, nous allons saisir l'YSK, par l'intermédiaire de sa branche provinciale, pour le recomptage de toutes les voix dans l'ensemble des districts restants", a-t-il déclaré dimanche, selon la chaîne de télévision turque NTV.

Selon les résultats provisoires, le président Erdogan a essuyé un revers inédit lors de ce scrutin municipal qui s'est tenu dimanche dernier : l'opposition l'a notamment emporté à Ankara et à Istanbul, les deux plus grandes villes du pays, que l'AKP et ses prédécesseurs islamistes contrôlent depuis 25 ans.

Dénonçant des "irrégularité flagrantes" lors du vote, l'AKP avait déposé en début de semaine un premier recours pour demander un recomptage partiel, essentiellement des voix comptabilisées comme nulles lors du dépouillement.

Réduire l’écart entre les candidats

Le candidat du parti d'opposition CHP à Istanbul, Ekrem Imamoglu, qui se présente d'ores et déjà comme le "maire d'Istanbul", accuse l'AKP de vouloir gagner du temps en multipliant les recours pour effacer les traces d'éventuelles malversations commises à la municipalité.

Il a affirmé vendredi qu'il était toujours en tête et disposait d'une avance de 18 742 voix sur le candidat de l'AKP, l'ancien Premier ministre Binali Yildirim, après le recomptage effectué dans17 des 39 districts de la ville.

Ali Ihsan Yavuz, vice-président de l’AKP, a indiqué de son côté qu'après recomptage d'environ 70 % de ces voix nulles, l'écart séparant Binali Yildirim et Ekrem Imamoglu à Istanbul était tombé à moins de 16 500 voix, contre plus de 25 000 à l'annonce des résultats provisoires. Une goutte d'eau à l'échelle d'une ville de plus de 15 millions d'habitants, où chacun des candidats a reçu plus de quatre millions de voix.

Selon le correspondant de France 24 en Turquie, Ludovic de Foucaud, quels que soient les résultats de ce second décompte, l’AKP a annoncé qu’il les reconnaîtra et qu’il n’appellera pas à un nouveau scrutin.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.