Accéder au contenu principal

Washington place les Gardiens de la révolution iranienne sur la liste des organisations "terroristes"

Des Gardiens de la révolution aux abords du Parlement iranien, le 7 juin 2017 à Téhéran, après un attentat visant les parlementaires iraniens.
Des Gardiens de la révolution aux abords du Parlement iranien, le 7 juin 2017 à Téhéran, après un attentat visant les parlementaires iraniens. Hossein Mersadi, Fars News, AFP

Le président Donald Trump a annoncé lundi que les Gardiens de la révolution iranienne faisaient dorénavant partie de la liste des organisations considérées comme "terroristes". L'Iran dénonce une mesure "illégale".

PUBLICITÉ

Les États-Unis ont officiellement placé les Gardiens de la révolution iraniens sur leur liste des organisations "terroristes" étrangères, faisant ainsi planer le risque de sanctions renforcées contre Téhéran, a annoncé, lundi 8 avril, Donald Trump.

C'est "la première fois" qu'une organisation "faisant partie d'un gouvernement étranger" est ainsi désignée, a précisé le président américain dans un communiqué, ajoutant que cette mesure permettrait d'accroître la "pression" contre l'Iran, bête noire de l'administration Trump.

Une mesure "sans précédent"

Cette mesure, "sans précédent", "est une reconnaissance du fait que l'Iran n'est pas seulement un État soutenant le terrorisme, mais que les Gardiens participent activement, financent, et promeuvent le terrorisme", poursuit le communiqué.

La force Qods, unité d'élite des Gardiens de la révolution, est également concernée par cette désignation, précise le président américain. Cette force est une branche extérieure qui soutient les forces alliées de l'Iran au Moyen-Orient, comme les troupes du président syrien Bachar al-Assad ou le Hezbollah au Liban.

Cette décision "augmentera significativement l'échelle et la portée de notre pression maximale contre le régime iranien", précise le président américain, qui ajoute : "Si vous faites affaire avec les Gardiens de la révolution, vous financez le terrorisme."

Une "décision illégale" pour l'Iran

L'annonce de la Maison blanche a provoqué une réponse immédiate de l'Iran. La télévision publique iranienne a réagi en affirmant que la décision américaine était illégale et contraire au droit international.

"Aucun pays n'a le droit de qualifier de terroristes les forces armées d'un autre pays (...) L'influence de l'Iran au Moyen-Orient et ses succès dans la lutte contre l'État islamique sont les raisons derrière cette décision (américaine)", a affirmé la télévision.

Le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a quant à lui exhorté son pays à classer les forces américaines opérant au Moyen-Orient, en Asie centrale et dans la Corne d'Afrique sur la liste des groupes considérés comme "terroristes" par l'Iran. sur Twitter, il a dénoncé "un (autre) cadeau mal avisé fait à Netanyahou à la veille des élections" israéliennes et "une (autre) dangereuse mésaventure des États-Unis dans la région".

         
Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.