Accéder au contenu principal

Abdelkader Bensalah, le président algérien par intérim promet "un scrutin présidentiel libre"

Abdelkader Bensalah a été nommé mardi 9 avril 2019, président par intérim de l'Algérie, par le Parlement.
Abdelkader Bensalah a été nommé mardi 9 avril 2019, président par intérim de l'Algérie, par le Parlement. Ramzi Boudina, Reuters

Le président algérien par intérim, Abdelkader Bensalah, s'est dit dans une allocution télévisée diffusée mardi soir, déterminé à organiser un scrutin présidentiel libre dans les quatre-vingt dix jours.

Publicité

Il n'aura fallu attendre que quelques heures avant qu'il prenne la parole. À peine désigné président algérien par intérim par le Parlement, Abdelkader Bensalah, s'est adressé au peuple algérien dans une allocation télévisée, mardi 9 avril, pour s'engager à mettre en place une institution nationale souveraine pour la tenue des élections.

Le chef de l'État par intérim a promis d'organiser des élections dans les quatre-vingt dix jours, promettant un scrutin présidentiel libre. "C’est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d’organisation d’élections nationales honnêtes et transparentes", a-t-il déclaré, selon l'agence de presse officielle APS.

"L’important, pour notre peuple, est de choisir la personne et le programme qui répondent le mieux à ses aspirations à un nouveau système politique en mesure de relever les défis majeurs du pays dans une Algérie arrimée à la modernité, à la démocratie, à la justice et au développement", a poursuivi Abdelkader Bensalah.

"J’attends de tout un chacun, une mobilisation plus grande que celle dont ils ont fait montre jusqu’à présent, pour faire face aux défis multiples et urgents que notre pays doit inéluctablement affronter, notamment ceux liés à notre sécurité nationale et régionale, ainsi que l’enjeu des profondes réformes économiques, financières et institutionnelles, et celui de notre développement social et humain durable", a-t-il encore ajouté.

Dans la journée, des milliers de manifestants s'étaient rassemblés dans le centre d'Alger pour dénoncer la désignation de Bensalah, président de la chambre haute du parlement, au poste de chef de l'État par intérim.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.