Accéder au contenu principal

L'UE et Londres s'accordent sur un report du Brexit au 31 octobre

Les dirigeants européens se réunissaient à Bruxelles mercredi 10 avril pour un nouveau sommet consacré au Brexit.
Les dirigeants européens se réunissaient à Bruxelles mercredi 10 avril pour un nouveau sommet consacré au Brexit. Olivier Hoslet, AFP

Les 27 ont proposé mercredi à Londres de reporter la date du Brexit au 31 octobre, avec un "point d'étape" en juin. Theresa May a accepté, mais conserve l'option de quitter l'UE avant le 22 mai pour éviter d'organiser des élections européennes.

Publicité

Bruxelles et Londres se sont finalement accordés sur un report du Brexit. Les 27, réunis en sommet mercredi 10 avril, ont proposé la date du 31 octobre, avec un point d'étape en juin. La Première ministre britannique Theresa May, qui demandait de son côté un report au 30 juin, a accepté la proposition de l'Union européenne (UE), a annoncé le président du Conseil européen Donald Tusk.

Il a ajouté que cette "extension flexible" donnait au Royaume-Uni "six mois supplémentaires pour trouver la meilleure solution possible". Pendant ces six mois, le Royaume-Uni "peut encore ratifier l'accord de retrait, auquel cas il sera mis fin à la prolongation, a déclaré Donald Tusk. Londres garde aussi la possibilité "d'annuler complètement le Brexit", a-t-il ajouté.

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne était jusqu'alors programmée à vendredi 12 avril, après avoir déjà été repoussée. La date du 31 octobre se situe juste avant la prise de fonction en novembre de la nouvelle Commission européenne. Le point d'étape en juin interviendrait, lui, au cours d'un sommet européen régulier déjà programmé les 20 et 21 juin.

Élections européennes en vue

La nouvelle date du divorce implique que le Royaume-Uni organise des élections européennes le 23 mai. Mais l'offre d'une longue extension n'empêchera pas le Royaume-Uni de quitter l'UE avant cette date, et n'éviterait donc pas d'avoir à organiser ce scrutin. "Si nous arrivons à trouver un accord maintenant […] nous pouvons encore sortir le 22 mai", a déclaré Theresa May, en référence aux députés britanniques qui ont jusqu'ici rejeté l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles, ainsi que toutes les alternatives qui leur ont été proposées. Elle s'adressera à nouveau au Parlement jeudi.

Si le Royaume-Uni ne participe pas aux élections européennes, alors il "devra sortir le 1er juin sans accord", a souligné le Premier ministre irlandais Leo Varadkar, conformément à ce qui est prévu dans les conclusions du sommet.

"Emmanuel Macron s'est retrouvé très isolé"

Le président français, Emmanuel Macron, a salué l'accord comme "le meilleur compromis possible", qui a "permis de préserver l'unité des 27". Selon des diplomates européens, plusieurs pays ont critiqué l'intransigeance de la France, hostile au report d'un an pour lequel plaidaient une majorité de pays. "Il y a eu des sensibilités différentes", a-t-il reconnu. Il a indiqué "assumer" ce "rôle de clarté" et de "fermeté", en soulignant qu'il n'aurait pas "été logique [de] donner une extension longue aux Britanniques]". Il s'agit, a-t-il expliqué, de "respecter le vote britannique" en faveur d'une sortie de l'UE, et "de ne pas entraver le bon fonctionnement de l'UE".

Le Royaume-Uni devra se comporter "de manière constructive et responsable" pendant la période supplémentaire qui lui a été accordée. Londres devra aussi "s'abstenir de toute mesure susceptible de compromettre la réalisation des objectifs de l'Union". Selon une source européenne, le Royaume-Uni "ne désignera pas de commissaire européen, mais pourra prendre part à la nomination du nouveau président de la Commission, car le vote a lieu à la majorité qualifiée au Conseil".

Devant les dirigeants européens, la Première ministre britannique avait justifié sa demande de report par l'ouverture de discussions "sérieuses et constructives" à Londres entre son gouvernement et l'opposition travailliste pour faire adopter l’accord de divorce. Ouvertes en milieu de semaine dernière, ces discussions n'ont pour l'instant rien donné.

Avec AFP et Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.