Accéder au contenu principal

L'épouse de Carlos Ghosn de retour au Japon pour être interrogée

Carlos Ghosn et sa femme, Carole, à la sortie du bureau de leur avocat, le 3 avril 2019 à Tokyo.
Carlos Ghosn et sa femme, Carole, à la sortie du bureau de leur avocat, le 3 avril 2019 à Tokyo. Kazukiro Nogi, AFP

Carole Ghosn, épouse de l'ancien dirigeant de Renault-Nissan Carlos Ghosn, est retournée au Japon, où elle doit être entendue par la justice dans l'enquête sur des malversations présumées de son mari, a annoncé mercredi son avocat.

Publicité

Six jours après sa fuite, Carole Ghosn, épouse de Carlos Ghosn, est de retour au Japon où elle doit être entendue par la justice dans l'enquête sur des malversations présumées de l'ancien dirigeant de Nissan et Renault, a annoncé mercredi 10 avril son avocat, François Zimeray.

Carole Ghosn avait quitté le Japon la semaine dernière après la nouvelle arrestation de son mari en affirmant qu'elle s'était "sentie en danger", alors que, selon plusieurs médias japonais, la justice voulait l'interroger.

"Elle est très à l'aise pour dire la vérité"

Carole Ghosn "est retournée au Japon", "c'est bien la preuve qu'elle n'a jamais entendu fuir qui que ce soit", a déclaré François Zimeray à l'AFP.

L'avocat a précisé qu'elle serait entendue comme témoin par le parquet de Tokyo. "C'était important pour elle d'y être et de ne rien faire qui puisse nuire à son mari", a-t-il ajouté. "Elle est très à l'aise pour dire la vérité, car elle est d'une bonne foi totale."

Selon l'agence de presse Kyodo, le parquet de Tokyo soupçonne que des sommes détournées aient transité par une société dirigée par Carole Ghosn.

Carlos Ghosn, patron déchu de Renault, Nissan et Mitsubishi, avait été interpellé jeudi matin à son domicile de Tokyo en raison de nouveaux soupçons de malversations financières, un mois à peine après avoir été libéré sous caution.

Carole Ghosn, qui était présente lors de l'arrestation, avait indiqué avoir regagné la France malgré la confiscation de son passeport libanais par la police japonaise, en utilisant son passeport américain.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.