Accéder au contenu principal

Les clubs de rugby français enterrent l'idée d'un sélectionneur étranger

Bernard Laporte doit désormais trouver un successeur à Jacques Brunel, actuel entraîneur du XV de France.
Bernard Laporte doit désormais trouver un successeur à Jacques Brunel, actuel entraîneur du XV de France. Christophe SIMON, AFP

Les clubs français sont opposés à 59 % à l'idée d'un sélectionneur étranger pour le XV de France, a annoncé vendredi la Fédération française de rugby (FFR), qui doit trouver un successeur à Jacques Brunel pour la période 2019-2023.

Publicité

Le président Bernard Laporte voulait un sélectionneur étranger, les clubs ont dit non : la Fédération française de rugby(FFR) devra vite trouver un technicien français pour mener le XV de France à la victoire lors de la Coupe du monde 2023 organisée sur son territoire.

Warren Gatland, Joe Schmidt ou encore Eddie Jones ne viendront pas à Marcoussis à la rescousse d'une sélection française en crise de résultats depuis une décennie. Ainsi en ont décidé les 1 742 clubs français qui se sont opposés à 59 % à l'idée de la nomination d'un sélectionneur étranger.

Crise persistante de résultats

Ou plutôt, moins de 900 clubs, puisque seul un sur deux (51 %) s'est exprimé lors de cette consultation électronique ouverte de mardi à jeudi. Une forme de désaveu pour Laporte qui se range derrière la promesse respectée d'avoir "redonné le pouvoir aux clubs", un socle en vue de la campagne pour sa réélection en 2020.

"Je respecterai ce choix", a réagi Laporte qui avait, fin 2017, licencié Guy Novès, nommé par son prédécesseur Pierre Camou et avec lequel il entretenait une inimitié notoire, pour mauvais résultats après une série de sept matchs sans succès.

Sauf que son remplacement par Jacques Brunel, adjoint de Laporte lorsqu'il était lui-même sélectionneur dans les années 2000, n'a pas permis d'inverser la tendance. Avec 5 victoires en 16 matchs, Brunel n'a pas fait mieux en un an. Les Bleus n'ont jamais semblé aussi fébriles à quelques mois du Mondial au Japon (20 septembre - 2 novembre), et Novès vient d'obtenir en justice un million d'euros de dédommagement pour "rupture anticipée du contrat de travail sans faute grave".

Un nom d'ici l'été

L'ex-manager de Toulouse pourrait d'ailleurs rejoindre la liste d'opposition à Laporte qui prend forme avec deux autres ex-sélectionneurs (Jean-Claude Skrela, Marc Lièvremont) et 4 autres ex-internationaux (Serge Blanco, Fabien Pelous, Olivier Magne, Jean-Marc Lhermet).

Avant de leur mener bataille, Laporte, qui avait pendant le Tournoi des six nations décevant des Bleus (4e) rencontré ceux qu'ils considère comme les "cinq meilleurs entraîneurs du monde", doit donc revoir ses plans et trouver un successeur français à Brunel.

Il y a urgence, puisque le futur sélectionneur doit être nommé avant le Mondial, soit cet été, afin que les Bleus puissent aborder sereinement l'échéance.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.