Accéder au contenu principal

Le fabuleux destin de Dion et Gobi, le coureur et sa chienne devenus stars

Le traileur australien Dion Leonard et sa chienne Gobi, à Chamonix-Mont-Blanc, le 10 avril 2019
Le traileur australien Dion Leonard et sa chienne Gobi, à Chamonix-Mont-Blanc, le 10 avril 2019 AFP/Archives
Publicité

Chamonix (France) (AFP)

Le récit de leur rencontre lors d'une compétition en Chine, devenu un best-seller à travers le monde, a débarqué en France. En attendant un film à Hollywood, le traileur australien Dion Leonard et sa chienne Gobi surfent sur la notoriété de leur histoire insolite.

Le duo, star des réseaux sociaux, effectuera dimanche les premiers kilomètres du marathon de Paris pour promouvoir la sortie en librairie de "Gobi et moi", faisant au passage de la petite chienne de quatre ans le premier animal à hériter d'un dossard.

"Gobi est une retraitée de la course. Désormais, elle m'accompagne seulement lors de petits footing", glisse dans un sourire Dion Leonard, rencontré cette semaine à Chamonix (Haute-Savoie), où il réside avec son épouse Lucja après avoir quitté l'Écosse.

Trois années ont passé depuis la course d'endurance dans le désert chinois de Gobi qui a scellé l'improbable rencontre entre la chienne et le sportif de 44 ans, originaire de la ville australienne de Warwick, où il a vécu une enfance difficile.

"J'y allais pour gagner, mais le destin en a décidé autrement. Cette chienne errante a changé ma vie. Je me suis identifié à elle", se souvient Dion Leonard au moment d'évoquer cette épreuve disputée en juin 2016, à l'issue de laquelle il décide d'adopter l'animal.

- Une promesse dans le désert -

Au deuxième jour de la course, sur la ligne de départ, Dion Leonard est sorti de sa concentration par une petite chienne un brin joueuse qui tente de lui mordiller les mollets.

Le quadragénaire cherche machinalement à l'éloigner, mais l'animal s'obstine et se met à le suivre sur les sentiers, même lorsque le traileur australien accélère, cherchant en vain à le semer.

"Elle est restée toute la journée avec moi. Sur la ligne d'arrivée, les gens l'applaudissaient. Le soir, elle s'est allongée près de moi, affamée. Je ne savais pas d'où elle venait, mais j'ai commencé à m'attacher à elle", raconte-t-il.

Le tournant de leur rencontre intervient le jour suivant: tandis que Dion Leonard s'apprête à franchir une rivière que ne peut traverser celle qu'il baptisera "Gobi", il décide de laisser s'échapper la tête de la course pour l'aider à rejoindre la rive, attendri par ses aboiements.

"Dans le désert, j'ai alors promis à cette petit chienne que je la ramènerais avec moi", raconte l'Australien.

Attirée par l'énorme buzz créé par le duo sur les réseaux sociaux, la presse anglo-saxonne et une grande maison d'édition américaine s'emparent de cette rencontre insolite.

Avant même que la course ne soit terminée, les démarches d'adoption sont amorcées par Lucja, restée en Écosse.

"J'ai commencé à croiser des photos de Dion en course avec cette chienne à ces côtés. J'ai vite compris en lui parlant le soir au téléphone qu'elle allait rentrer avec lui", témoigne celle qui est aussi championne de trail.

Gardée en quarantaine en Chine, Gobi se volatilise mystérieusement juste avant de regagner l'Écosse. Elle sera retrouvée par une famille dans un parc après plusieurs jours d'intenses recherches dans une ville de trois millions d'habitants, grâce au concours de nombreux bénévoles.

Un peu plus de deux ans et demi après ce dénouement heureux, le couple - qui travaille avec un agent et projette de tirer deux nouveaux ouvrages de cette histoire - continue d'écumer les trails du monde entier, où ils sont accueillis en véritables stars.

De son côté, Gobi n'a "pas changé d'un poil", à en croire ses maîtres, bien que la petite chienne a eu le privilège de rencontrer la reine d'Angleterre.

L'histoire de Dion Leonard et Gobi sera prochainement adaptée à Hollywood dans un long métrage produit par la 20th Century Fox. Le scénario est en cours d'écriture et le tournage devrait débuter à la fin de l'année.

Attendu au cinéma en 2020, le film sera réalisé par un "réalisateur oscarisé" et le rôle principal sera endossé par un acteur "mondialement connu", assure le sportif australien.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.