Accéder au contenu principal

NBA: Brooklyn surprend Philadelphie dans sa salle

Publicité

Los Angeles (AFP)

Les play-offs NBA ont débuté samedi avec une surprise de taille: Philadelphie, méconnaissable, s'est nettement incliné dans sa salle face à Brooklyn 111 à 102.

Les Sixers, 3e de la conférence Est, sont tombés de haut, dans le sillage de leur pivot camerounais Joël Embiid.

Ils sont menés une victoire à zéro dans cette série du 1er tour qui se dispute au meilleur des sept matches, la première équipe à quatre victoires étant qualifiée pour les demi-finales de conférence.

Incertain jusqu'à dix minutes du coup d'envoi de la rencontre, Embiid, touché à un genou depuis plusieurs semaines, a certes marqué 22 points et capté 15 rebonds mais son temps de jeu a été limité à 24 minutes.

Il avait pourtant idéalement débuté la rencontre en marquant neuf des onze premiers points de son équipe mais son entraîneur Brett Brown, soucieux de le ménager, l'a vite rappelé sur le banc.

Ses coéquipiers ont alors bégayé leur basket --11 tirs de suite ratés!-- au contraire de Brooklyn qui a pris le large grâce à un cinglant 12-0, dont Philadelphie ne s'est jamais remis.

Les Nets, portés par D'Angelo Russell (26 pts) et le remplaçant Caris LeVert (23 pts), ont maîtrisé sans mal les sursauts des Sixers.

Jimmy Butler, auteur de 36 points, a brièvement ramené son équipe à quatre points en début de troisième période (65-61) mais la maladresse des Sixers (40,7% au tir, 12% à trois points) leur a coûté cher.

Ils ont regagné les vestiaires sous les sifflets de leurs supporters, dont la colère a redoublé lorsqu'ils ont vu des images d'Embiid en train de consulter avec son coéquipier Amir Johnson un téléphone portable durant le match.

"Ce n'était pas mon téléphone, je n'ai pas vraiment réfléchi, j'ai juste regardé parce qu'il m'a dit que sa fille était très malade et il voulait avoir des nouvelles", s'est-il défendu.

Il a ensuite, comme d'autres de ses coéquipiers, critiqué les supporters de Philadelphie pour leur attitude négative durant le match.

"Après chaque shoot manqué, ils nous ont conspué. Après quand tu te retrouves en position de shooter, tu te dis: +Je tire ou pas, si je rate, ils vont me siffler", a-t-il regretté.

Le match N.2 aura lieu lundi, toujours à Philadelphie.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.