Accéder au contenu principal

Trois ans après Christine, Chris revient conclure à Coachella

Chris (Christine and the Queens) et ses danseurs, au festival de Coachella
Chris (Christine and the Queens) et ses danseurs, au festival de Coachella AFP
Publicité

Indio (Etats-Unis) (AFP)

Trois ans après un premier concert dans le désert californien, Christine and the Queens, devenue Chris, a saisi samedi Coachella en vol avec un show haletant, sensuel et physique, une étape marquante dans sa conquête des Etats-Unis.

"Quand je me suis présentée, il y a trois ans, j'ai dit que j'étais petite, française et en colère", a lancé l'artiste de 30 ans, dont l'album "Chris" a fait une percée dans le classement des ventes de disques aux Etats-Unis, en octobre (55eme).

"Je dirais que je suis toujours petite, je suis toujours française, je suis simplement en manque (de sexe)", a ajouté, facétieuse, celle qui porte désormais les cheveux courts et arbore un style plus streetwear.

Chris, née Héloïse Letissier, attendait ce grand show à Coachella comme quelque chose de "plus épique", après l'avoir découvert sur l'une des petites scènes du lieu, avait-elle expliqué à l'AFP avant le début du concert.

"Comme le public attend (la sensation américaine) Billie Eilish, il n'y aura peut-être que trois spectateurs pour me voir", a-t-elle dit dans un rire. Mais le public était bien là, en masse, pour elle.

Aujourd'hui, "ce que je fais sur scène, ça ramène à la peau et à la sueur", a-t-elle décrit. "C'est pop, mais c'est en rêvant à un show pop qui puisse être vraiment charnel et assez cru."

Avec les six danseurs qui l'accompagnent depuis le début de sa tournée, Chris a livré une prestation millimétrée, comme à son habitude, guidée par une permanente tension sous-jacente, qui retient l'attention sans temps mort.

L'énergie de la bande se suffisait à elle-même mais a été alimentée par des stroboscopes et éléments pyrotechniques.

Au fil du concert, Chris a distillé plusieurs références, et même un hommage à la reine de la danse pop de groupe, Janet Jackson, avec une brève reprise de "Nasty Boys".

"Elle est incroyable", a dit Sunny Park, venant de Los Angeles. "Cette fille a une sacrée puissance."

- Le reggaeton dans l'histoire -

Dans un tout autre style, l'autre événement de cette deuxième journée de Coachella aura été le passage du Colombien J Balvin. Le trentenaire au visage rond a donné, à Indio (Californie), le premier concert complet de reggaeton de l'histoire du festival référence de l'ouest des Etats-Unis.

Né au début des années 90 à Porto Rico, ce style musical avec sa rythmique lancinante est devenu un succès mondial et a beaucoup fait pour populariser des artistes de langue espagnole hors du monde hispanique.

J Balvin compte plusieurs tubes à son actif, notamment "I Like It", avec la rappeuse Cardi B et le Portoricain Bad Bunny, titre qui a atteint la première place des ventes de disques aux Etats-Unis, en juillet dernier.

"Il a fallu 15 ans pour que le reggaeton arrive à Coachella. Nous y sommes!", a scandé J Balvin.

José Balvin, de son vrai nom, a d'ailleurs interprété plusieurs classiques, en hommage aux pionniers du reggaeton, notamment "Gasolina", du pape du genre Daddy Yankee, devenu star mondiale à la faveur de sa participation au tube planétaire "Despacito".

"C'est une journée particulière", avait écrit J Balvin un peu plus tôt sur son compte Instagram. "L'an dernier, j'étais sur scène avec Beyoncé. Aujourd'hui, c'est notre tour, les latinos et les +dreamers+", s'est-il enthousiasmé, en référence aux "dreamers", les enfants arrivés clandestinement aux Etats-Unis.

Signe d'un festival plus latino que jamais, Bad Bunny était attendu dimanche à Coachella, où se sont déjà produits cette semaine la chanteuse chilienne Mon Laferte, l'artiste d'origine cubaine Sabrina Claudio ou l'Espagnole Rosalia.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.