Accéder au contenu principal

Les cas de rougeole bondissent de 300 % dans le monde au premier trimestre

Une Vénézuélienne fait vacciner son enfant à Cucuta, en Colombie, à la frontiière avec le Venezuela.
Une Vénézuélienne fait vacciner son enfant à Cucuta, en Colombie, à la frontiière avec le Venezuela. Schneyder Mendoza, AFP

L’OMS s’alarme du bond de 300 % des cas de rougeole dans le monde au premier trimestre 2019. Cette maladie resurgit à cause d'une défiance envers les vaccins dans les pays riches ou d'un mauvais accès aux soins dans les pays pauvres.

PUBLICITÉ

Les cas de rougeole dans le monde ont bondi d'environ 300 % durant les trois premiers mois de l'année, par rapport à la même période l'an dernier, a annoncé l'OMS, lundi 15 avril, relevant qu'en Afrique la hausse atteignait la barre des 700 %.

Jusqu'en 2016, la maladie était pourtant en diminution.

"À ce jour, en 2019, 170 pays ont signalé 112 163 cas de rougeole à l'organisation mondiale de la santé (OMS). L'an dernier à la même date, 28 124 cas de rougeole avaient été recensés dans 163 pays. Cela représente une augmentation de près de 300 % à l'échelle mondiale", a indiqué l'agence spécialisée de l'ONU dans un communiqué, précisant qu'il s'agissait de chiffres provisoires.

L'OMS estime que moins d'un cas sur dix est signalé dans le monde.

Hausse de 700 % en Afrique

L'Afrique est la région la plus touchée par la flambée de cas, avec une hausse de 700  % au cours des trois premiers mois de l'année (en comparaison annuelle), suivie par l'Europe (+300 %), la Méditerranée orientale (+100 %), les Amériques (+60 %) et la région de l'Asie du Sud-Est/Pacifique occidental (+40 %).

La rougeole est l'une des maladies les plus contagieuses au monde pour laquelle il n'existe pas de traitement curatif, mais elle peut être prévenue par deux doses d'un vaccin "sûr et efficace", selon l'OMS.

Elle resurgit un peu partout dans le monde, à cause d'une défiance envers les vaccins dans les pays riches ou d'un mauvais accès aux soins dans les pays pauvres.

Les "anti-vax" s'appuient sur une publication de 1998 liant ce vaccin et l'autisme. Pourtant, il a été établi que son auteur, le Britannique Andrew Wakefield, avait falsifié ses résultats, et plusieurs études ont montré depuis que le vaccin n'augmentait pas le risque d'autisme.

La rougeole peut entraîner des complications graves

Selon l'OMS, des flambées de rougeole sévissent en République démocratique du Congo, en Éthiopie, en Géorgie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, à Madagascar, en Birmanie, aux Philippines, au Soudan, en Thaïlande et en Ukraine, "causant de nombreux décès, principalement parmi les jeunes enfants".

"Au cours des derniers mois, le nombre de cas a également atteint des sommets dans des pays où la couverture vaccinale globale est élevée, notamment aux États-Unis, en Israël, en Thaïlande et en Tunisie, car la maladie s'est propagée parmi des groupes de personnes non vaccinées", a expliqué l'OMS.

>> Peur et rejet de la vaccination : quand la rougeole fait son retour aux États-Unis

En 2017, 110 000 décès imputables à la rougeole ont été enregistrés.

Souvent bénigne, elle peut toutefois entraîner des complications graves, respiratoires (infections pulmonaires) et neurologiques (encéphalites), en particulier chez les personnes fragiles.

Les autorités sanitaires mondiales insistent sur l'importance du vaccin, au niveau individuel mais aussi collectif : une couverture vaccinale élevée (95 % de la population) protège les personnes qui ne peuvent elles-mêmes être vaccinées, notamment car leur système immunitaire est affaibli. Or, ce taux de couverture globale (pour la première dose de vaccin) stagne depuis plusieurs années à 85 % selon l'OMS.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.