Accéder au contenu principal

Guerre commerciale : l'UE va négocier avec les États-Unis, malgré le refus de la France

L'Union européenne est le premier partenaire commercial des États-Unis et inversement.
L'Union européenne est le premier partenaire commercial des États-Unis et inversement. Emmanuel Dunand, AFP

Les États de l'UE ont approuvé, lundi, l'ouverture de négociations avec les États-Unis pour éviter une guerre commerciale avec Washington, en dépit du refus affiché de Paris de négocier avec un partenaire climatosceptique.

Publicité

Les États membres de l'Union européenne ont donné, lundi 15 avril, leur accord définitif à l'ouverture de négociations commerciales avec les États-Unis, malgré l'opposition de la France à cette initiative.

Les gouvernements européens ont voté à une écrasante majorité en faveur du mandat de négociations proposé par la Commission européenne. Seule la France a voté contre, tandis que la Belgique s'est abstenue.

La commissaire au Commerce, Cecilia Malmström, s'est dite convaincue de pouvoir parvenir à un accord avec Washington avant la fin du mandat du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le 31 octobre prochain.

Les États-Unis sont les premiers partenaires commerciaux de l'Union européenne et inversement. Les échanges entre les deux entités représentent 30 % du commerce mondial.

Faciliter la tâche des entreprises

La Commission, qui coordonne la politique commerciale des Vingt-Huit, veut entamer des négociations avec l'administration Trump avec un double mandat : obtenir une baisse des droits de douane sur les produits industriels, et faciliter la tâche des entreprises qui doivent démontrer que leurs produits respectent les normes européennes ou américaines.

>> À voir : Donald Trump déclare la guerre commerciale à l'Europe

Emmanuel Macron avait fait savoir, lors du sommet européen qui s'est tenu mercredi, à Bruxelles, que Paris refuserait l'ouverture de ces négociations, en invoquant le chantage exercé par Donald Trump et sa décision de retirer les États-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

La France aurait au moins souhaité que la question soit renvoyée à après les élections européennes du mois de mai, sans toutefois pouvoir s'y opposer formellement, l'ouverture de négociations commerciales ne nécessitant pas l'unanimité des Vingt-Huit, comme c'est le cas d'autres procédures européennes.

Trump menace d'augmenter les droits de douane

Selon des diplomates, l'Allemagne est à l'inverse pressée de voir les négociations démarrer pour tenter de mettre ses constructeurs automobiles à l'abri d'une hausse des droits de douane aux États-Unis, dont Donald Trump a plusieurs fois évoqué la possibilité.

La Commission a en revanche assuré qu'elle ne discuterait pas des droits de douane et autres barrières commerciales dans le domaine de l'agriculture, un chiffon rouge pour la France et d'autres pays européens mais une exigence de l'administration Trump qui voudrait ouvrir davantage le marché communautaire à sa production.

Querelle sur les subventions d'Airbus et Boeing

Les États-Unis et l'Union européenne ont parallèlement entamé des préparatifs liés à leur querelle concernant les subventions aux constructeurs aéronautiques Airbus et Boeing.

Le président américain a déclaré que Washington allait imposer des droits de douane sur 11 milliards de dollars (9,8 milliards d'euros) de produits européens.

La Commission européenne a répliqué en dressant une liste de produits importés des États-Unis, représentant un total de 20 milliards d'euros, qui pourraient être frappés de droits de douanes élevés, selon des sources européennes.

Avec Reuters

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.