Accéder au contenu principal

Ligue 1 : Nantes retarde à son tour le sacre du PSG

Le FC Nantes a livré une prestation aboutie pour retarder le sacre du PSG.
Le FC Nantes a livré une prestation aboutie pour retarder le sacre du PSG. Sébastien salom-Gomis, AFP

Pour la troisième fois en dix jours, le PSG n'est pas parvenu à valider son huitième titre de champion. Après les échecs face à Strasbourg puis Lille, les Parisiens ont cette fois été battus par un FC Nantes particulièrement en jambes.

Publicité

Rien ne va plus pour le PSG en cette fin de saison. Frustrés par Strasbourg (2-2), corrigés à Lille (5-1), les Parisiens ont une nouvelle fois trébuché, à Nantes (3-2), alors qu'un succès leur aurait permis d'officialiser leur huitième titre de champion de France de Ligue 1.

Mais face à de valeureux nantais, les hommes de Thomas Tuchel ont été tout simplement en dessous. La faute, probablement, aux très nombreux absents (Neymar, Cavani, Di Maria, Marquinhos, Thiago Silva, Meunier, Verratti, Bernat ou encore Mbappé), mais aussi à la prestation indigente livrée par les seconds couteaux parisiens.

Nantes a déroulé

Paris, contre le cours du jeu, avait pourtant ouvert le score d'une superbe frappe de Dani Alves (0-1, 19e). Mais les Nantais, visiblement inspirés par la perfomance lilloise du week-end, ont logiquement recollé sur une tête à bout portant de Diego Carlos (1-1, 22e) avant de prendre les devants en toute fin de premier acte par Majeed Waris (2-1, 44e).

Et même la pause n'a pas permis aux Parisiens de reprendre leurs esprits. Brouillons, ils n'ont jamais semblé en mesure de renverser la situation et Dani Alves, sur un corner, a fini par plomber les derniers espoirs franciliens en trompant son propre gardien (3-1, 52e). Suffisant pour clore le suspense d'une nouvelle soirée cauchemard pour Paris, malgré une réalisation tardive de Météhan Guclu (3-2, 88e).

Mais pas de quoi sauver la soirée du PSG, qui n'avait plus encaissé dix buts en trois matches consécutifs de Ligue 1 depuis 34 ans. Un nouvel accroc dans une saison qui, si elle se terminera inéluctablement par le sacre du club de la capitale - et peut-être un doublé fin avril avec la Coupe de France - ne restera pas dans les mémoires.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.