Accéder au contenu principal

L'ex-président du Pérou Alan Garcia se suicide avant son arrestation

L'ex-président péruvien Alan Garcia avait tenté de fuir vers l'Uruguay.
L'ex-président péruvien Alan Garcia avait tenté de fuir vers l'Uruguay. Cris Bouroncle, AFP (archive)

Soupçonné de corruption dans le scandale Odebrecht, l'ancien chef d'État péruvien Alan Garcia s'est donné la mort en se tirant une balle dans la tête, mercredi, alors que la police arrivait à son domicile.

PUBLICITÉ

Il faisait partie des quatre ex-présidents péruviens dans le collimateur de la justice. Alan Garcia, qui a dirigé le Pérou à deux reprises, a mis fin à ses jours, mercredi 17 avril, à Lima, juste avant son arrestation dans le cadre du scandale de corruption Odebrecht.

"Ce matin a eu lieu ce dramatique accident : le président a pris la décision de se tirer une balle [dans la tête]", a déclaré son avocat Erasmo Reyna aux journalistes massés devant l'hôpital où Alan Garcia, 69 ans, a été opéré d'urgence à cause d'une "blessure par balle à la tête". Sa mort a été annoncée par son parti politique, et confirmée par sa famille, selon les médias locaux.

Quatre ex-président péruviens dans le collimateur de la justice

Pas moins de quatre anciens présidents péruviens ont été visés par l'enquête de corruption sur l'affaire Odebrecht, du nom de ce géant brésilien du bâtiment Odebrecht qui a distribué pendant plus d'une décennie un total de 788 millions de dollars dans une dizaine de pays à travers la région pour remporter des contrats, selon le ministère américain de la Justice. L'entreprise a reconnu avoir versé 29 millions de dollars de pots-de-vin au Pérou entre 2005 et 2014.

>> À lire : Odebrecht, le scandale qui fait trembler toute l'Amérique latine

Mercredi dernier, c'est un autre ex-chef d'État péruvien, Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018), qui a été placé en détention provisoire dans le cadre de cette même affaire. L'ancien président Alan Garcia avait, quant à lui, tenté d'obtenir l'asile politique auprès de l'ambassade d'Uruguay, qui le lui avait refusé.

Autre ex-président péruvien soupçonné, Alejandro Toledo (2001-2006), a fui aux États-Unis et fait l'objet d'une demande d'extradition. Enfin Ollanta Humala (2011-2016) a été emprisonné pendant neuf mois, jusqu'en juin. Quant à la chef de file de l'opposition, Keiko Fujimori, elle a été placée en détention provisoire le 31 octobre.

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.