Accéder au contenu principal

La communauté internationale s'émeut après les attaques meurtrières des églises au Sri Lanka

Dinuka Liyanawatte, REUTERS

De nombreuses personnalités et chefs d’État ont transmis leurs condoléances et appels à défendre la liberté religieuse après que les explosions dans des églises et hôtels au Sri Lanka ont fait plus de 200 morts et de centaines de blessés dimanche.

PUBLICITÉ

Huit explosions ont eu lieu dans quatre hôtels et trois églises du Sri Lanka, où des fidèles célébraient la messe de Pâques. Selon un bilan provisoire, les attaques ont fait au moins 207 victimes et plus 450 blessés.

Après ces attaques d’une rare violence, des nombreuses personnalités à travers le monde ont réagi et transmis leurs condoléances au Sri Lanka et à la minorité chrétienne du pays.

Après 25 ans de guerre civile, le gouvernement sri-lankais veut éviter toute tension intercommunautaire

Le Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe a tweeté dimanche : "Je condamne avec vigueur les lâches attentats d’aujourd’hui contre notre peuple. J’appelle les Sri-Lankais à rester unis et forts en ces moments de tragédie".

Au Vatican, le pape François, qui s’était rendu en 2015 en visite au Sri Lanka, a condamné les attentats qui ont ensanglanté ce pays en ce week-end pascal : "J’ai appris avec tristesse et douleur la nouvelle des graves attentats qui, précisément aujourd’hui, pour Pâques, ont semé le deuil et la souffrance dans des églises et en d’autres lieux où des gens s’étaient rassemblés au Sri Lanka", a déclaré le souverain pontife aux dizaines de milliers de personnes massées place Saint-Pierre pour entendre sa traditionnelle bénédiction "Urbi et orbi" (À la ville et au monde).

En Europe

Le président français, Emmanuel Macron, a manifesté sa "profonde tristesse après les attaques terroristes contre des églises et des hôtels au Sri Lanka. Nous condamnons fermement ces actes odieux. Toute notre solidarité avec le peuple sri-lankais et nos pensées pour tous les proches des victimes en ce jour de Pâques", écrit-il sur Twitter.

La Première ministre britannique, Theresa May, a été l’une des premières à réagir aux attaques de dimanche sur Twitter. "Ces actes de violence contre des églises et des hôtels au Sri Lanka sont véritablement effroyables, et mes condoléances les plus sincères vont à tous ceux qui sont affectés en ce moment tragique. Nous devons nous unir pour faire en sorte que nul n’ait jamais à pratiquer sa foi dans la peur".

Pour la chancelière allemande, Angela Merkel, "il est choquant que des gens qui s’étaient rassemblés pour célébrer Pâques aient été la cible délibérée de ces attaques féroces", écrit-elle dans un message de condoléances adressé au président sri-lankais Maithripala Sirisena.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a également adressé un message sur Twitter : "C’est avec horreur et tristesse que j’ai été informé de ces attaques à la bombe au Sri Lanka […]. Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes qui s’étaient rassemblées pacifiquement dans des lieux de culte ou étaient venues visiter ce beau pays. Nous sommes prêts à apporter notre soutien."

Dans la région

Dans un message publié sur Twitter, Narendra Modi, le Premier ministre indien, a "fermement condamné les horribles explosions survenues au Sri Lanka". "Une telle barbarie n’a aucune place dans notre région. L’Inde fait part de sa solidarité avec les Sri Lankais", a-t-il écrit en soulignant que ses pensées et ses prières accompagnaient les familles endeuillées et les personnes blessées.

Également dans la région, Imran Kahn, Premier ministre pakistanais, a condamné "fortement cette horrible attaque terroriste contre le Sri Lanka en ce jour de Pâques qui a causé des pertes humaines précieuses et des centaines de blessés. Mes profondes condoléances vont à nos frères sri-lankais."

Dans le monde

Le président israélien Reuven Rivlin, lui, a déclaré : "Les attentats au Sri Lanka sont un crime odieux. Nous sommes tous les enfants de Dieu ; une attaque contre une religion en particulier, c’est une attaque contre chacun d’entre nous."

Le président truc Recep Tayyip Erdogan a "condamné" sur twitter "dans les termes les plus forts les attentats terroristes de Pâques au Sri Lanka. C’est une agression contre l’humanité tout entière."

Sur Twitter, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, s’est dit "terriblement attristé par les attaques terroristes contre des fidèles sri-lankais durant Pâques". "Le terrorisme est une menace mondiale qui n'a pas de religion : il doit être condamné et affronté de manière mondiale".

Donald Trump, le président des États-Unis, a transmis les "sincères condoléances de la part de la population des États-Unis à celle du Sri Lanka à l’occasion de ces horribles attaques terroristes contre des églises et des hôtels. Nous nous tenons prêts à apporter notre aide !"

En France

La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, a quant à elle partagé ses "pensées [qui] vont une fois encore aux Chrétiens persécutés à travers le monde et particulièrement à ceux du Sri Lanka, endeuillés par d'odieux attentats et ciblés pour leur foi".

"Pensées émues pour toutes les familles endeuillées par ces attentats. Solidarité avec tous les catholiques, visés parce qu'ils vivent leur foi, en ce jour de Pâques", a également tweeté le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Pour Benoît Hamon, tête de liste de Génération.s aux élections européennes, ces "attentats […] dans plusieurs églises au Sri Lanka suscitent tristesse et dégoût".

 

Avec AFP

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.