Accéder au contenu principal

Des pays africains demandent une transition d'ici trois mois au Soudan

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, entouré de plusieurs chefs d'État africains, le 23 avril 2019, lors d'une réunion sur le Soudan au Caire.
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, entouré de plusieurs chefs d'État africains, le 23 avril 2019, lors d'une réunion sur le Soudan au Caire. Photo distribuée par la présidence égyptienne, AFP

Le président égyptien et plusieurs chefs d'État africains réunis au Caire, mardi, ont appelé le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine à laisser trois mois au Soudan pour parvenir à une transition démocratique.

Publicité

Des chefs d'État africains réunis sous la houlette de l'Égypte ont appelé, mardi 23 avril, à une "transition pacifique et démocratique" d'ici trois mois au Soudan, où le pouvoir militaire fait face à une contestation, réclamant un gouvernement civil, qui ne faiblit pas.

Les pays réunis au Caire appellent le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) à assouplir sa position et "à prolonger de trois mois le délai accordé au pouvoir soudanais" pour parvenir à une telle transition. L’UA avait menacé le 15 avril de suspendre Khartoum si l'armée ne quittait pas le pouvoir d'ici 15 jours au profit d'une "autorité politique civile".

>> À voir : Au coeur du mouvement de contestation au Soudan

Les pays présents ont aussi convenu de "l'urgence d'un rétablissement d'un système constitutionnel par le biais d'une transition politique démocratique menée par les Soudanais eux-mêmes", a affirmé le chef de l'État égyptien Abdel Fattah al-Sissi, président en exercice de l'UA.

"Soutien total de l'Union africaine et des pays voisins au Soudan"

Selon la présidence égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi avait convié ses homologues Idriss Déby (Tchad), Ismaïl Omar Guelleh (Djibouti), Paul Kagame (Rwanda), Denis Sassou-Nguesso (Congo), Mohamed Abdullahi Mohamed (Somalie) et Cyril Ramaphosa (Afrique du Sud). L'Éthiopie, le Soudan du Sud, l'Ouganda, le Kenya et le Nigeria étaient représentés par de hauts responsables. Le président de la Commission de l'UA, Moussa Faki, était aussi au Caire, après une récente visite à Khartoum.

Les dirigeants africains ont en outre exprimé "le soutien total de l'Union africaine et des pays voisins au Soudan face à ses défis économiques, politiques et sécuritaires" et ont promis de l'aider à maintenir la "stabilité régionale".

Le Conseil militaire de transition au Soudan, qui dirige le pays depuis la destitution le 11 avril du président Omar el-Béchir sous la pression de la rue, a jusque-là résisté aux appels du mouvement de contestation à un transfert immédiat du pouvoir à une autorité civile. Ce Conseil a toutefois déclaré lundi étudier "une proposition" des chefs de la contestation.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.