Accéder au contenu principal

Irlande du Nord : "un message d'espoir" lors des funérailles de la journaliste tuée par balle

Les funérailles de la journaliste Lyra McKee, le 24 avril 2019 à Belfast.
Les funérailles de la journaliste Lyra McKee, le 24 avril 2019 à Belfast. Clodagh Kilcoyne, Reuters

Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux obsèques de la journaliste Lyra McKee, dont la mort, due à un tir émanant d'un groupuscule républicain nord-irlandais, a provoqué un tollé en Irlande du Nord.

PUBLICITÉ

Les funérailles de la journaliste Lyra McKee, tuée par balle la semaine dernière en Irlande du nord, se sont déroulées mercredi 24 avril à Belfast. Une cérémonie voulue comme une "célébration de sa vie" et un "message d'espoir" malgré le regain de violence dans la province britannique.

Plusieurs chefs de formations politiques se sont joints, à ces obsèques, à la Première ministre britannique Theresa May, au chef du gouvernement irlandais Leo Varadkar, au président irlandais Michael D. Higgins et au chef de file de l'opposition travailliste britannique, Jeremy Corbyn.

"Nous demandons à tous ceux qui ont connu Lyra de continuer à porter son message d'optimisme et d'espoir, en respectant sa mémoire avec dignité et respect", a annoncé sa famille dans un communiqué diffusé avant la cérémonie.

"Le seul moyen de vaincre la haine et l'intolérance passe par l'amour, la compréhension et la gentillesse", a plaidé la famille.

>> A lire sur France 24 : En Irlande du Nord, la Nouvelle IRA ravive de vieilles peurs et s'excuse

La responsabilité de la Nouvelle IRA

Le groupuscule de la Nouvelle IRA, hostile aux accords de paix du vendredi saint (1998), a présenté ses excuses et reconnu que l'un de ses membres avait tué jeudi soir à Londonderry Lyra McKee, 29 ans, au cours d'une fusillade avec des policiers en marge d'affrontements que couvrait la journaliste. Selon la Nouvelle IRA, la journaliste a été atteinte par une balle alors qu'elle se tenait à côté de policiers "lourdement armés" en direction desquels un militant nationaliste avait ouvert le feu.

L'analyse de Philippe Cauvet, maître de conférences en civilisation irlandaise

Née à Belfast, Lyra McKee avait beaucoup écrit sur le conflit nord-irlandais, notamment sur les "bébés du cessez-le-feu", la génération née après l'accord de paix du Vendredi saint signé en 1998. Elle avait été classée en 2016 par le magazine Forbes parmi les 30 personnes de moins de 30 ans à suivre dans l'industrie des médias. Lyra McKee était également, selon sa compagne, une "avocate infatigable" des droits des personnes LGBT, dans une province où le mariage homosexuel demeure interdit.

Sa mort, qui fait suite à un attentat à la voiture piégée en janvier à Londonderry, imputé par la police à la Nouvelle IRA, laisse craindre que certains groupuscules marginalisés ne cherchent à tirer parti du vide politique actuel en Irlande du Nord et des tensions provoquées par la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne.

La police d'Irlande du Nord a annoncé mardi l'arrestation d'une femme de 57 ans dans le cadre de l'enquête sur la mort de Lyra McKee. Elle avait annoncé samedi l'arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans, mais ceux-ci ont été relâchés par la suite.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.