Accéder au contenu principal
BUS DE L'EUROPE

#BusEuropeF24, 6e étape : en Allemagne, l'AfD et les Verts ont la cote

France 24

À un mois des élections européennes, France 24 a lancé un "Bus de l’Europe" pour sillonner dix pays européens. Quatre reporters embarqués vont à la rencontre des électeurs. Sixième escale : Berlin, en Allemagne.

Publicité

Avec moult rebondissements autour du Brexit, les élections européennes peinent à se faire une place dans le débat public, y compris en Allemagne. “On ne parle pas assez des enjeux de ce scrutin et de leur importance, regrette Petra, une Berlinoise de 60 ans au micro de France 24. Elle décèle toutefois un thème majeur : la sûreté des frontières.

Il faut “faire de l’Europe un endroit plus protégé, ajoute l’entrepreneuse, vis-à-vis des étrangers et surtout des Africains”. Depuis la crise des réfugiés de 2015, le parti d’extrême droite, l’AfD (Alternative pour l’Allemagne), qui a fait de la lutte contre l’immigration sa priorité, grignote la base des partis traditionnellement majoritaires (CDU/CSU et SPD).

Le parti nationaliste est-il en passe de faire mieux que les 7 % récoltés en 2014 ? Pas si sûr. L'AfD, qui a rejoint la nouvelle alliance de Matteo Salvini, multiplie depuis plusieurs mois les fausses nouvelles en surfant sur les faits divers impliquant des étrangers. Mais cette stratégie ne prend plus... tout comme le Dexit (sortie de l’Allemagne de l’UE), annoncé en début de campagne. Depuis qu’un sondage a révélé que 54 % des Allemands font confiance à l'Union européenne, la formation de Jörg Meuthen se focalise sur des valeur sûres, comme la fermeture absolue des frontières pour tous les réfugiés, mais aussi de baisser "le taux des étrangers dans la population".

Entre les partis de la coalition, le fossé se creuse

Voir cette publication sur Instagram

Tschüss Berlin ... #buseuropef24 #france24

Une publication partagée par Anaïs Guérard (@anacocto) le

Face à l'AfD, les partis de la coalition, en perte de vitesse, tentent de se démarquer pour faire la différence. Quitte à creuser un fossé entre eux : d'un côté, les chrétiens démocrates de la CDU-CSU plaident pour plus d'orthodoxie financière et de sécurité tandis que les sociodémocrates du SPD misent sur une vision plus sociale. Selon les sondages, le parti d'Annegret Kramp-Karrenbauer, dauphine d'Angela Merkel, tient l'avantage avec plus de 30 % des suffrages, tandis que le SPD s'écroule avec 17 % des intentions de vote.

La surprise pourrait venir des Verts. Au gouvernement dans 8 des 16 Bundes­länder, ils pourraient faire le plein de voix avec le mouvement des jeunes pour le climat ("Fridays for Future"), qui réunit chaque vendredi des dizaines de milliers de jeunes exigeant des mesures radicales pour sauver le climat.

Voir cette publication sur Instagram

Frohe Ostern !!

Une publication partagée par Karina Chabour (@karinachabourf24) le

À voir aussi, les premières escales du #BusEuropeF24 :

>> Première escale à Milan, en Italie
>> Deuxième escale à Ljubljana et Maribor, en Slovénie
>> Troisième escale en Autriche, où l'immigration domine les débats
>> Quatrième escale à Budapest, en Hongrie : les slogans anti-immigration de Viktor Orban fleurissent
>> Cinquième étape à Cracovie, en Pologne : les nationalistes du Pis font la course en tête

 

Nombre d’habitants : 81,2 millions*
Nombre de députés à élire : 96 (comme en 2014)*
Entrée dans l’Union européenne : 1957
Membre de la zone euro : 1999
Majorité actuelle au gouvernement : coalition des chrétiens-démocrates (CDU/CSU) et des sociaux-démocrates (SPD)
Mode de scrutin : Les eurodéputés allemands sont élus au scrutin proportionnel, et les sièges sont répartis entre les listes ayant dépassé 5 % des suffrages exprimés..

Sources : *Eurostat et **Fondation Robert Schuman

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.