Accéder au contenu principal

L'opposition réclame que le Soudan rejoigne la Cour pénale internationale

Le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi, a réclamé que le Soudan adhère à la CPI, samedi 27 avril 2019.
Le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi, a réclamé que le Soudan adhère à la CPI, samedi 27 avril 2019. Ashraf Shazly, AFP

Le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi, a réclamé samedi que le Soudan rejoigne "immédiatement" la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis des mandats contre le président déchu Omar el-Béchir.

Publicité

Le Soudan doit rejoindre immédiatement la Cour pénale internationale (CPI), a estimé samedi 27 avril le chef du principal parti d'opposition, Sadek al-Mahdi. L'instance internationale a émis en 2009 et 2010 des mandats d'arrêt pour crimes de guerre et génocide contre le président déchu Omar el-Béchir.

"Il n'y a plus d'objection à répondre à nos demandes (de rejoindre la CPI) et nous devrions la rejoindre immédiatement", a indiqué Sadek al-Mahdi à des journalistes.

Pour rejoindre ce tribunal chargé de juger les pires violations du droit humanitaire dans le monde et basé à la Haye, le Soudan doit ratifier son traité fondateur, le Statut de Rome en devenant ainsi un "État partie".

Le Soudan est gouverné par un Conseil militaire de transition depuis qu'Omar el-Béchir a été destitué et arrêté par l'armée le 11 avril sous la pression d'un vaste mouvement de contestation né en décembre.

Pour le chef de l'opposition, "ce qui s'est passé au Soudan n'est pas un coup d'État" mais une situation dans laquelle les forces armées "ont pris le parti des revendications populaires".

Sadek al-Mahdi est un ancien Premier ministre, chassé du pouvoir en 1989 par le coup d'État d'Omar el-Béchir. Il est rentré d'exil en décembre au premier jour de la contestation. Son parti al-Oumma, l'une des plus anciennes formations politiques du pays, fait partie de l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), principal porte-voix du mouvement de contestation, qui regroupe les principales forces d'opposition et l'Association des professionnels soudanais (APS).

Les manifestants, qui sont rassemblés depuis le 6 avril devant le QG de l'armée, ont décidé de maintenir leur sit-in même après le départ d'Omar el-Béchir afin d'obtenir le transfert du pouvoir à une autorité civile, ce que les militaires ont pour l'instant refusé de faire.

Les protestataires réclament aussi le jugement d'Omar el-Béchir et des principaux responsables de son régime. La CPI a lancé des mandats d'arrêt contre l'ex-président soudanais pour qu'il réponde d'accusations de génocide, crimes de guerre et contre l'humanité lors du conflit au Darfour, une région occidentale du Soudan.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.