Accéder au contenu principal

Venezuela : Juan Guaido revendique un soutien militaire, Caracas dénonce "une tentative de putsch"

Le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido lors d'un meeting à Caracas, le 27 avril.
Le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido lors d'un meeting à Caracas, le 27 avril.

Dans un message vidéo où il apparaît aux côtés d'hommes en uniforme, l'opposant vénézuélien Juan Guaido appelle au départ du président Nicolas Maduro. Les autorités de Caracas dénoncent une tentative de putsch menée par des "traîtres" de l'armée.

PUBLICITÉ

Les autorités du Venezuela ont dénoncé, mardi 30 avril, une tentative de putsch de la part d'un petit groupe de "traîtres" au sein de l'armée, alors que le chef de l'opposition Juan Guaido est apparu en compagnie d'hommes en uniforme dans un message vidéo, où il appelle au départ du président Nicolas Maduro.

"Nous informons le peuple du Venezuela qu'en ce moment, nous affrontons et neutralisons un petit groupe de traîtres de l'armée qui a pris position sur l'échangeur autoroutier d'Altamira pour mener un coup d'État", a écrit sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Jorge Rodriguez.

Le ministre de la Défense, Vladimir Padrino López, a toutefois ajouté par la suite que l'armée restait "fermement au service de la Constitution nationale et des autorités légitimes". La situation est normale dans toutes les casernes du pays, a-t-il ajouté.

>> À lire : "Au Venezuela, pro-Maduro et pro-Guaido poursuivent la guerre d'usure"

De son côté, un haut responsable du camp du président a appelé à un rassemblement devant le palais présidentiel de Miraflores, à Caracas. "Ils ne vont pas y arriver. Nous sommes déjà déployés et lançons un appel à tout le peuple de Caracas : venez à Miraflores. Nous verrons ce qu'ils sont capables de faire contre notre peuple", a déclaré Diosdado Cabello, président de l'Assemblée constituante dominée par le camp chaviste, sur la chaîne de télévision publique VTV.

La Colombie, pays voisin, demande une réunion d'urgence du Groupe de Lima, qui est composé de 13 pays latino-américains et du Canada qui ne reconnaissent pas le régime de Nicolas Maduro. Le gouvernement espagnol a, quant à lui, appelé à éviter toute "effusion de sang". "Nous appuyons un processus démocratique pacifique" et appelons "à la convocation immédiate d'élections", a déclaré devant la presse la porte-parole du gouvernement, Isabel Celaa.

"Usurpation"

L'échangeur d'Altamira se trouve en banlieue est de Caracas, la capitale vénézuélienne, à proximité de la base aérienne de La Carlota où Juan Guaido a été vu par un journaliste de Reuters en compagnie d'un groupe d'hommes en uniforme.

Dans son message vidéo, le chef de l'opposition appelle les Vénézuéliens et l'armée à le soutenir pour mettre fin "définitivement à l'usurpation" de Nicolas Maduro, le président du pays réélu l'an dernier dans la controverse.

>> À voir : "L'embargo américain sur le pétrole vénézuélien entre en vigueur"

Juan Guaido, qui s'est autoproclamé en janvier chef d'État par intérim, est également accompagné de l'opposant Leopoldo Lopez, qui est normalement assigné à résidence. "Les forces armées nationales ont pris la bonne décision, et ils peuvent compter sur le soutien du peuple vénézuélien", affirme le chef de l'opposition.

Il y a dix jours, Juan Guaido avait appelé la population à descendre dans les rues le 1er mai pour "la plus grande manifestation de l'histoire" du Venezuela afin de contraindre Nicolas Maduro à quitter le pouvoir.

Avec AFP et Reuters

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.