Accéder au contenu principal

Le Pakistan demande à Facebook de bloquer la propagande contre le vaccin anti-polio

Des policiers encadrent des membres d'équipes de vaccination anti-polio le 26 avril 2019, dans la banlieue d'Islamabad.
Des policiers encadrent des membres d'équipes de vaccination anti-polio le 26 avril 2019, dans la banlieue d'Islamabad. Aamir Qureshi, AFP

Le Pakistan a demandé, jeudi, à Facebook de supprimer tout contenu hostile à la lutte anti-polio. La semaine dernière, une rumeur a provoqué un mouvement de panique dans le nord-ouest du pays, où trois membres d'équipes de vaccination ont été tués.

Publicité

Le Pakistan a mis Facebook face à ses responsabilités en matière de santé publique. Islamabad a demandé, jeudi 2 mai, au géant américain de retirer tout contenu hostile au vaccin contre la poliomyélite, après qu'une rumeur, relayée notamment sur Facebook, a provoqué un mouvement de panique dans le nord-ouest du pays la semaine dernière. Cet affolement a provoqué la mort de trois membres d'équipes anti-polio.

"Les contenus nuisibles sur Facebook ne mettent pas seulement en péril l'éradication de la polio, ils mettent aussi en danger la vie de nos vaccinateurs", peut-on lire dans un communiqué officiel reçu vendredi par l'AFP.

Les refus parentaux de vaccination de leurs enfants "dus à la propagande sur Facebook (...) sont en train de devenir le principal obstacle à l'éradication complète du virus", poursuit ce texte.

"Violation des règles de Facebook"

Ces contenus sont en outre "en violation des règles de Facebook", a observé Babar Atta, chargé du programme de lutte contre la polio auprès du Premier ministre Imran Khan, dans un courrier envoyé jeudi à la plateforme, dont l'AFP a eu copie vendredi.

"Je sollicite donc votre soutien pour bloquer (...) la diffusion d'une telle propagande anti-vaccination à partir des plateformes Facebook opérant depuis le Pakistan", a-t-il écrit.

La semaine dernière, des dizaines de milliers d'enfants avaient été transportés d'urgence dans des hôpitaux du Nord-Ouest après de fausses rumeurs ayant fait état de réactions à un vaccin contre la poliomyélite.

dix mille refus de vaccination par jour

Une vaccinatrice et deux policiers encadrant des équipes anti-polio avaient également été tués, et des dizaines de vaccinateurs battus ou harcelés après ce mouvement de panique.

À Islamabad, 10 000 refus de vaccination étaient recensés chaque jour la semaine dernière, contre 200 à 300 auparavant sur toute la durée d'une campagne, selon un cadre du programme anti-polio.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de ces violences. Mais des extrémistes, dont les Taliban pakistanais, ont par le passé attaqué des équipes de vaccinateurs contre la polio, provoquant la mort d'une centaine de personnes depuis décembre 2012.

Avec AFP

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.