Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Attaque de la Pitié-Salpêtrière : la fake news venait de l'Intérieur"

Capture d'écran France 24

À la une de la presse ce vendredi, retour sur un emballement médiatique autour de l'intrusion de manifestants à l'hôpital Pitié-Salpêtrière le 1er mai à Paris, sur un conflit libyen où, pour Jean-Yves Le Drian, "le maréchal Haftar fait partie de la solution", ou encore sur la mini-tournée africaine d'Angela Merkel au Sahel. À découvrir dans le Parisien, en avant-première, ces "projets fous" pour Notre-Dame.

Publicité

Que s’est-il réellement passé ce 1er mai à Paris à l’hôpital Pitié Salpetrière ? L’établissement a-t-il été "attaqué" par des militants anticapitalistes, comme l’affirme le ministre de l’intérieur Christophe Castaner ? Certains d’entre eux auraient même tenté de pénétrer dans le service de réanimation chirurgicale. Le Parisien revient sur les dessous d’une "attaque très polémique". Selon le quotidien, les images de vidéosurveillance contredisent la version de la police. La version d’une attaque concertée a perdu de sa consistance, laissant place à l’hypothèse d’intrusions désordonnées.

Pour Libération, "La fake news venait de l’Intérieur". "Tel Donald Trump, Castaner a tweeté plus vite que son ombre" et provoqué un emballement médiatique.

En Libye, alors que les combats se poursuivent autour de Tripoli, Jean-Yves Le Drian précise la position française dans une interview au Figaro : "Haftar fait partie de la solution". Si le ministre des Affaires étrangères se défend de prendre parti pour le camp du maréchal, il salue notamment son rôle dans la lutte contre le terrorisme à Benghazi et dans le sud de la Libye. "En tant qu'acteurs de l'intervention militaire de 2011 et parce que le suivi politique n'a pas été effectué après la chute de Kadhafi, nous avons aussi une forme de responsabilité dans cette crise", conclut Jean-Yves Le Drian.

La déstabilisation de la Libye et les questions de sécurité ont aussi été au cœur de la mini-tournée d’Angela Merkel au Sahel.<span><span></span></span>Un déplacement qui a conduit la chancelière allemande au Burkina Faso, au Mali puis au Niger. Le site burkinabe Wakat Séra retient notamment le point de vue du président Roch Kaboré lors d’une réunion du G5 Sahel, mettant en cause les grandes puissances dans la déstabilisation de la Libye. À la une d’Aujourd’Hui au Faso, Angela Merkel, en maître de conférences face aux étudiants burkinabés, assure que "il ne faut pas céder aux divisions ethnicistes des terroristes".

Derrière cet exercice de pédagogie, le journal L’Opinion décrypte "l’offensive diplomatique" de l’Allemagne sur la scène africaine. Ces deux dernières années, la chancelière a visité douze pays africains. Résultat, "les dirigeants du Sahel cherchent en Angela Merkel une alternative à Emmanuel Macron".

Le Parisien s’intéresse ce matin à "ces projets fous pour Notre-Dame". Une cathédrale tout en vitrail pour l’artiste Alexandre Fantozzi, une flèche en forme de pic blanc prolongé par un faisceau lumineux ou encore une flamme géante pour figer un moment du drame... les architectes rivalisent d’imagination pour redonner vie à la cathédrale parisienne.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.